Comment as-tu commencé dans le domaine de la peinture sur les motos?

À 26 ans, je suis rentré comme mécanicien chez un concessionnaire Harley-Davidson. L’année suivante, je me suis mis à modifier l’esthétique des Softails et à effectuer les polissages des carrosseries. De fil en aiguille, j’ai commencé à peindre. Il faut dire que j’ai fait une formation en carrosserie à l’âge de 19 ans, c’est ce qui m’a orienter tranquillement dans cette direction-là.Dom Simard, Ateliers 12 oz

Quel est ton procédé préféré ? 

L’application du flakes. La réalisation des patterns ’70 et les scrollworks aux pinceaux et l’application du vernis. Et même le procédé de la peinture d’apprêt (primer). En réalité, tous ces procédés sont importants et je me donne à 100% sur chaque opération ! Pas question de négliger une étape.

Comment décrirais-tu ton style ?

Je décrirais l’Ateliers 12oz de old school : des anciennes pratiques et techniques, mais avec des produits de qualité qu’offrent le marché d’aujourd’hui. Les pinceaux, le masking tape et l’airbrush sont de mise en atelier.

Est-ce que des artisans dans ton domaine ont eu une influence sur toi ?

Ben oui ! Je dirais surtout des artistes américains, car le milieu de la peinture est plus dynamique là-bas. Allez voir des artistes comme @schultzdesignz ou encore, @buckwildbrand sur Instagram, je les adore. Mais bien sûr, les artistes du Québec aussi m’influencent. L’échange et le partage avec sa communauté, c’est essentiel et très sain.

Tu te gardes à jour en allant à plusieurs conventions de paint job dans l’année. Quelles sont les tendances actuelles ?

Au Québec en 2018, les bikes ’’Dyna Club Style’’ arrivent avec force. Donc, les patterns ’70 et les paints job à la main sont dans les tendances actuelles. L’application de gold leaf  fait aussi un retour. Mais comme il y a plusieurs modèles de motos et tout autant de personnalités différentes qui les conduisent, il y aura toujours plusieurs styles sur les routes et c’est tant mieux.

Tu es dans le milieu depuis près d’une quinzaine  années. Est-ce qu’il y a des techniques que tu peines encore à maîtriser ?

Il y aura toujours de l’apprentissage dans chaque technique appliquée. C’est donc bien important de s’encadrer de personnes ressources dans le métier. Être consciencieux c’est l’une des forces de l’Ateliers 12oz.

Quel est ton lien avec le monde de la moto?

Je suis un lone wolf… Je ride seul ou avec d’autres bikers… J’ai pas vraiment d’appartenance à un groupe ou à une communauté spécifique. J’adore mon métier de peintre et je suis passionné par tout ce qui s’y rattache, c’est tout ce qui m’importe. Donc bienvenue à tous ceux et celles qui désir une paint job sur leur monture.

Qu’est-ce que tu rides?

Je ride une Harley-Davidson Street Bob Dyna Club Style. Et bien sûr, j’ai effectué la paint job, mais je veux toujours changer de couleur ou de tendance sur les effets… Je crois que c’est une petite maladie…

 Ateliers 12oz

À quoi peut-on s’attendre comme création au Roll the bones cette année? Tu as déjà des idées ?

Du flake, pattern, gold leaf, hand paint, pinstriping et scrollwork sur réservoir old school et casque vintage. Et cette année, le voodoo violet sera la couleur que je vais exploiter.

Roll-the-bones

*Les oeuvres exposés seront en vente sur place.


Suivez Roll the bones

Facebook : @rollthebonesmtl | Instagram : @rollthebonesmtl | Site web : www.rollthebones.ca


Suivez Ateliers 12oz

Instagram : @ateliers_12oz | Facebook : @ateliers120z