Best of Nouvelles Sur la Route Vos histoires

Moto Solo – Partie 2: lâcher prise

Texte et photos : Alexandre Métier

2 de 4. Suivez les aventures Moto Solo, tous les mardis du mois d’avril. Partie 1 : S’extirper de son quotidien.

Grand ciel bleu, soleil doux, asphalte immaculé: les conditions sont idéales et je roule plein Est sur la route 60. Les centres commerciaux de la banlieue de Phoenix laissent enfin place aux premiers cactus. C’est le sourire jusqu’aux oreilles que je ride cette route qui grimpe et serpente. Les sensations sont grisantes, un dépucelage en bonne et due forme. Je passe un col et à la sortie d’une belle courbe taillée entre les roches je fais soudain face à un panorama grandiose. Première claque visuelle: au milieu d’une vaste plaine aride s’élève un dôme rocheux spectaculaire digne d’un décor de cinéma. Vision irréelle. La route descend tout droit et passe à sa gauche. Je relâche l’accélérateur en le dépassant. C’est haut, c’est beau! Fuck it! Je fais demi-tour, quitte la route et emprunte une piste sablonneuse pour voir ça de plus près. Impossible pour moi de ne pas m’arrêter pour prendre des photos.

C’est ainsi que j’expérimente mon plus grand dilemme en voyageant à moto: rouler sans m’arrêter, vivre la route en tentant d’imprimer mentalement les cartes postales que je traverse; ou briser l’euphorie d’une ride parfaite pour immortaliser ces paysages fabuleux? Rouler ou photographier? L’aventure n’aime pas les compromis.

J’arrive à Miami (l’autre), cité minière sans intérêt… ou presque. En préparant mon voyage, j’ai repéré un emplacement de camping en haut d’une colline, face aux mines à ciel ouvert. Je compte bien y monter mon premier bivouac ce soir.

Mais avant ça, je dois acheter de quoi manger et trouver un Power Pack pour charger mon cell. Premier jour et première galère avec ma moto: la plug électrique ne fonctionne déjà plus. Le GPS fourni par le loueur s’est éteint, plus de batterie. De toute façon, j’ai pas le goût de rouler les yeux rivés sur un écran. Je suis là pour me déconnecter après tout! Il est grand temps de lâcher prise. Dorénavant et pour le reste de mon voyage, je vais naviguer à vue en checkant Google Map de temps en temps.

Il est 15h, il ne me reste que 2 ou 3h avant que ce soleil d’hiver se couche derrière les collines. L’entrée de la piste qui va me mener à mon bivouac est là, quelque part au bout d’une ruelle escarpée.

Jusqu’à présent, rouler sur des routes principales, c’était facile pour un motard débutant comme moi. Maintenant les choses se corsent un peu.

Première ruelle: impasse. C’est raide et poussiéreux, je me laisse aller en marche arrière pour faire demi-tour dans la pente en me concentrant pour garder l’équilibre de la moto. Ne pas l’échapper.

Après ma première suée, je tente ma chance quelques kilomètres plus loin: la piste est juste là, au fond de cette cour privée dans laquelle je viens de m’engager. Après quelques mètres, un redneck sort de chez lui. Je ne sais pas qui de lui ou de son clébard est le plus menaçant. Téméraire, mais pas courageux le garçon… Demi-tour presto! Mais surtout, ne pas échapper la moto.

Deuxième suée. Cette fois je passe en mode vue satellite sur Google Maps pour trouver un ultime moyen de m’aventurer dans les collines avant la nuit. Et la troisième sera la bonne! Cherry Flats road est une ruelle à l’asphalte chaotique qui vire serrée entre les maisons. Il est presque 16h, soleil rasant dans la face et je m’engage sur une piste de gravel. Ça grimpe solide! Mais dans quoi je m’embarque… Je roule en seconde et j’essaie de ne pas me crisper. Pourquoi le serais-je après tout? Je ne suis pas équipé, pas expérimenté et accessoirement pas assuré pour rouler hors route. Alors surtout, surtout, ne pas échapper la moto…

Cherry Flats Campground est en réalité un terrain abandonné qui a depuis été supprimé des points d’intérêt de Google.

L’endroit est un peu glauque, les bouteilles d’alcool éclatées au sol témoignent de soirées mouvementées ici, mais la vue spectaculaire sur les mines est la plus belle des récompenses. L’adrénaline et la fierté de m’être rendu là l’emportent. Le soleil a disparu et le vent se rafraîchit. Je monte mon bivouac avec la sensation d’être le roi du monde, seul au sommet de ma colline. La sensation de liberté est totale. Je pense à ma famille et à mes proches, le coeur léger, ancré dans le moment présent. La nuit sera fraîche, mais il en faudra plus pour stopper l’envie de m’aventurer.

Demain, direction Tucson!


2 de 4. Suivez les aventures d’Alexandre Métier, tous les mardis du mois d’avril. Partie 1 : S’extirper de son quotidien.