Nouvelles Sur la Route Vos histoires

Moto Solo – Partie 3: tester ses limites

Texte et photos : Alexandre Métier

Suivez les aventures d’Alex Métier, tous les mardis du mois d’avril. Partie 1 : S’extirper de son quotidien. Partie 2 : Lâcher prise.

Le comptoir en bois du Wagon Wheel Saloon situé à Patagonia est usé par les voyageurs égarés et assoiffés qui s’y acoudent. Je ne fais pas exception. Ma monture est garée à l’extérieure. J’ai la bouche pâteuse et l’estomac dans les talons. L’air hagard après des km balayé par le vent, j’attends avec impatience ma pinte de blonde et mon premier burger du voyage.

J’ai quitté Phoenix il y a trois jours et après avoir passé Tucson je suis maintenant à 30 km au nord de la frontière mexicaine. La vallée de Sonoita est une région de cowboys. Je roule dans un décor de western: les ranchs se succèdent, perdus au milieu de prairies vallonnées, des élevages de vaches et de chevaux piétinent une herbe grillée par le soleil, des buissons soufflés par le vent traversent la route en roulant. Si les trucks ont remplacé les chevaux, l’uniforme des cowboys croisés à la station essence n’a pas changé: santiags poussiéreuses aux pieds, blue jeans et gros ceinturon, visages brûlés par le soleil et Stetson enfoncé sur le crâne. Ici, on ne croise pas les regards: ils nous ignorent ou nous dévisagent.

Je pourrais continuer plein Est sur la route 82 jusqu’à Tombstone, étape obligatoire lors d’un roadtrip dans la région. Mais j’ai repéré un terrain de camping au bord d’un lac isolé au Sud lors d’une exploration nocturne sur Google Maps. Hier soir, j’ai dû dormir dans un motel douteux de Tucson, car le camping perdu au milieu des cactus était complet. Alors ce soir, je vais me rattraper et dormir sous les étoiles !

La route qui descend plein Sud sillonne le long d’une rivière. À ma gauche, le massif de Coronado se dessine. J’attendais avec impatience de rouler ici et de découvrir de mes propres yeux le lac Parker Canyon. Cette région isolée porte en elle la promesse d’une solitude ressourçante. Je ne suis pas déçu en découvrant cette oasis de verdure encaissée entre les collines ! Je partage le camping avec trois VR échoués sur les rives de ce lac aux allures de bout du monde. J’ai planté ma tente au pied d’un arbre, vue imprenable sur l’eau. Je viens d’envoyer un message vidéo pour donner des nouvelles à mes deux jeunes garçons. Fin d’après-midi, je bois ma Grolsch assis face au soleil rasant qui semble avoir suspendu sa course. Je m’imagine rester ici plusieurs jours à ne rien faire d’autre que de contempler le paysage. Une autre fois peut être. Je ne vais y passer qu’une nuit car demain j’ai rendez-vous avec l’aventure.

Je pourrais contourner le massif de Coronado par le Sud, mais la tentation de le traverser en empruntant la Sunnyside road est trop forte. 25 km à travers les montagnes: l’idée est aussi excitante qu’effrayante. D’après les images satellites, la route ressemble à une piste de gravel empruntée par des véhicules à quatre roues. Topologiquement, à 36 000 km d’altitude, c’est jouable. Une fois engagé dans le massif montagneux, je n’aurai plus de réseau cellulaire. Je me fais des bad trips depuis que je prépare cette traversée sauvage: la peur de chuter et de me blesser, l’angoisse d’un bris mécanique, l’hostilité de la faune locale… Et puis la jambe gauche de mon jean est tachetée d’huile. Ma moto en perd un peu depuis hier. Mais je préfère ne pas penser à tout cela…

Le soleil se lève sur le lac, chassant une superbe nuit constellée (j’ai pu m’en rendre compte en allant pisser ma bière à la fraîche). Je démonte mon bivouac et charge ma moto. Je quitte le camping encore endormi et prend la Montezuma Canyon road qui trace plein Sud vers le Mexique. Après 3 km, j’arrive à l’intersection avec la Sunnyside road. Je stationne ma moto sur le bord du chemin pour checker une dernière fois l’itinéraire et admirer le paysage. J’hésite une dernière fois et puis non, je dois tenter le coup!

Je remonte en selle, tourne à gauche et m’engage sur la piste qui fait face au massif de Coronado. Ca monte légèrement pendant 500 m avant de descendre sérieusement dans un canyon. La piste n’est plus qu’un pierrier glissant qui s’enfonce de plus en plus. Je me lève et mets tout mon poids vers l’arrière de la moto pour éviter que la roue avant dérape et me fasse chuter. La moto chauffe et je transpire à grosses gouttes sous mon casque. Misère, dans quoi je m’embarque ! J’essaie de garder mon sang froid pour négocier cette descente au ralenti. Ça passe. Fin de la descente, je roule à présent sous les arbres et très vite je fais face à une longue flaque d’eau qui prend toute la largeur du chemin. Impossible de passer sur les côtés. Je me lance et la traverse. Puis une deuxième encore plus grande.

Je n’ai pas fait 2 km sur cette piste que les choses se compliquent un peu plus : je dois maintenant traverser un ruisseau encaissé. Cette fois je m’arrête et je descends à pied pour me rendre compte de la profondeur de l’eau et choisir l’endroit où je vais passer. Ok, là ça devient intense mon affaire. Descendre dans le ruisseau c’est une chose, mais derrière ça remonte fort entre les roches et les ornières. Je me sens pris dans mon propre piège après être descendu dans le canyon et en faisant maintenant face à cet obstacle. Je prends une minute pour me calmer et je décide de tenter le coup malgré tout. Je me lance, les jambes en coton. Je descends doucement vers le ruisseau, le traverse en gardant les yeux fixés vers les roches qui m’attendent de l’autre côté. Et au moment d’aborder la montée, je cale mais j’arrive à maintenir la moto en équilibre de justesse. Je prends un grande respiration, passe la première et j’essaie de remonter mais la roue arrière patine. C’en est trop pour moi, j’abdique.

Je me laisse reculer en marche arrière dans le ruisseau, le coeur qui bat à 100 à l’heure. Je descends de la moto, les deux pieds dans l’eau pour faire demi tour. La pression de l’eau déstabilise la moto mais je parviens à manoeuvrer sans l’échapper. Je remonte dessus et je prends le chemin du retour. Un VTT passe avec quatre types à bord en me regardant d’un air méfiant, l’un d’eux pose sa main sur le revolver accroché à sa ceinture. Le sentiment de ne pas être à ma place…

Je retrouve la Montezuma Canyon road, soulagé. Je suis clairement allé au bout de mes capacités et de ma témérité. L’aventure aime l’humilité.

Mais je reviendrai ici un jour, avec une moto mieux équipée et surtout plus d’expérience en hors route!


Suivez les aventures d’Alex Métier, tous les mardis du mois d’avril. Partie 1 : S’extirper de son quotidien. Partie 2 : Lâcher prise.