Texte:
Charles-Édouard Carrier
Photographies:
Charles-Etienne Pascal

 

La moto est embarquée et solidement fixée, les sacs de voyage empilés, la neige tombe, c’est slusheux, ça va ben rouler. Byebye la famille, salut au chien, coup d’œil à une vieille XJ 650 qui espère un printemps hâtif et un nouveau cœur, « personne a envie de pisser? ». On vise Détroit pour ce soir. Ça laisse pas beaucoup de temps pour niaiser en chemin. On fait rouler la lourde porte latérale de la van sur son rail jusqu’à ce qu’elle clenche. Le bruit sourd qui sonne comme un : « Je pense j’ai cassé quelque chose » vient sceller notre environnement pour les prochains 4748 kilomètres

La moto est embarquée et solidement fixée, les sacs de voyage empilés, la neige tombe, c’est slusheux, ça va ben rouler.

122A0658122A0655

La GMC Vandura 1987 rendrait Gratton jaloux avec son luxueux capitonnage en tissus de tapis filé avec de la laine de veston de grand-père. Autant de classe sur deux murs et le plafond fait oublier l’eau qui entre par une fissure dans le joint du parebrise juste en haut du rétroviseur et la mosaïque de tôle et de plywood au plancher. Pas besoin d’enlever tes bottes en entrant.

122A0650

Personne n’a regardé le chemin avant de partir. On s’en va à Portland comme si on partait à pied acheter des chips au dépanneur au bout de la rue, par là-bas, « tu peux pas le manquer ».

Heureusement, y’a les cartes routières. On se fait ça old school le road trip. On avait oublié c’était quoi le feeling de regarder une carte. Tellement habitué à se concentrer sur le point bleu au centre de l’écran du iPhone pour trouver son chemin qu’on oublie que le reste existe. La carte en papier te force à voir tout ça dans son ensemble, elle te fait sentir tout petit au milieu d’un quart de continent que tu tiens dans ta main et que t’étales sur le dashboard. Elle te donne l’impression de partir chercher un trésor, te montre qu’il y a plein de chemins pour y arriver et te fait chier quand vient le temps de la replier.

122A0648

On roule toute la journée. En regardant par la vitre de côté de la Vandura, assez grande pour y installer un store, tout est plus intéressant. Même la 401, désolante comme une salle d’attente de clinique dentaire, on trouve le moyen de l’apprécier et de s’en émerveiller.

L’asphalte est belle. Surtout quand le soleil se couche devant toi parce que tu roules franc ouest et que t’écoutes le dernier album d’Half Moon Run.

Prochain épisode, FURY ROAD: Mécanique générale.

122A0731 122A0722