Category

Musique

Category

Album: J’connais rien à l’astronomie
Artiste: Dany Placard
Label: Simone Records
Sortie: Janvier 2020

J’ai toujours aimé Dany Placard. Un artiste que je suis on et off depuis ses débuts fin 90, début 2000. Autant comme artiste solo qu’à l’époque où il était avec Plywood 3/4. Cette fois-ci, il nous présente J’connais rien à l’astronomie, son douzième, un album de 8 chansons qui sort sur l’étiquette de Simone Records.

En ouverture d’album, There was a friend (part 1) et There was a friend (part 2) donnent le ton à un disque qui se veut parfois planant, parfois lourd et in-your-face, parfois complètement psychédélique. On sent immédiatement les influences de la musique progressive des années 70.

Le texte de Tu me manques m’a profondément accroché. Sincèrement, ça fait longtemps que je n’avais pas entendu une aussi belle love song, avec son solo qui donne envie de frencher et l’interlude dans les étoiles, avec des arpèges de synthés qui permettent une pause bénéfique avant de nous ramener au puissant « Tu me manques mon amour ».

Pour un peu plus de sensation forte, on passe à la Pulperie. Parce que ça fait longtemps qu’on a pris du mush. Si c’est le cas de Danny, c’est aussi mon cas. Un délire sloppy qui nous rappelle que le mush, pas trop souvent, mais dans le fond, pourquoi dire non…

Après ce voyage dont on ne revient pas totalement indemne, Too Late, plus folk, passe un peu inaperçu. Puis, la mélodie de Plancher, appuyée sur des guitares lourdes, se grave rapidement une place dans la tête, si bien qu’on aurait pu en prendre un peu plus.

Le lièvre, avec un solide écho appliquer à la voix nous prend la main et nous amène dans un monde psychédélique coloré et apaisant. On a le goût de s’enfoncer dans le divan, laisser tomber sa tête par arrière et regarder le plafond. « Ça fait du bien en sacrement », comme chante Dany Placard.

L’album se conclut sur une note que certain trouveront peut-être un peu trop plaintive, même si pourtant, elle le tout est plutôt positif. Maman est une longue confidence à sa mère. La beauté des mots et l’émotion que Dany Placard y met nous font tout de même oublier qu’elle tout ça excède 8 minutes.

Le premier vidéoclip est sortie, c’est celui du trip de mush de Pulperie. La magnifique illustration de la pochette est signée Sarah Marcotte-Boislard.

J’aimerais ça faire du mush
Ça fait un bout que j’en ai pas mangé
Aller voir les étoiles
Fait longtemps que chus pas allé
Ça doit faire 7 ou 8 ans
Mais j’ai peur d’être trop buzzé

-Pulperie, Dany Placard


Site web de Dany Picard ¦ Site web de Simone Records ¦ Facebook Dany Placard


Musique de roadtrip, rock de poussière, guitares planantes, rythmes bruts et lourde basse, la musique et la moto, c’est indissociable. Ici, on est dans la bibliothèque musicale de Rock et Gaz! et on présente les nouveautés à découvrir ou (re)découvrir. Des albums d’ici et d’ailleurs. Du talent qui passe parfois sous le radar. T’ouvres le gaz, t’ouvres les oreilles et tu montes le son à 11. Ça s’écoute fort.

Paradise revient dix-sept ans plus tard, plus loud, plus poussiéreux et plus stoner que jamais avec un album éponyme qui coulera comme du miel dans les oreilles des gars et des filles de bécyks que nous sommes.

NOBRO, Bloodshot Bill and The Hick Ups, The Brains, Bottleneck Jay, Seb Black, Sun Voyager, Death Proof, Blue Cheese, The Hazytones, The Seems,  Evil & Crow et Gutter Demons vont mettre le feu aux scènes durant ce festival qui s’adresse essentiellement aux rockers de Montréal et d’ailleurs.

Je voulais y aller avec des vieux disques plus rock, mais damn, c’est l’été, il fait si beau et les fleurs sont si belles dans les champs que je me suis dit; on y va pour le psychédélisme, le flower power, le space rock. On s’évade comme quand tu pars 10 jours aux States,

Quand j’ai vu que l’équipe de ONELAND cherchait des collabos pour son site web, je me suis dit que c’était une bonne façon pour moi de pouvoir partager deux de mes passions: la moto et la musique. Pour moi, ces deux activités sont intimement reliées. Ma passion pour le rock a débuté en même temps que l’achat de mon premier bike vers mes 11-12 ans, un vieux Yamaha Enduro 100 1979 deux temps, le frame un peu croche, mais qui me permettait de faire mes premières rides sur le lot à bois de mon grand-père George dans le Bas-du-fleuve. Du…