Category

Communauté

Category

Faire la lumière sur les builders a toujours été au cœur de notre mission chez Oneland. Avec le Roll the Bones à nos portes, nous avons sélectionné quelques participants avec qui nous voulions parler. Voici Alex, amusez-vous les enfants !

Raconte-nous ta première histoire de moto.

Ma première “histoire de moto” relève de très longtemps, lorsque mon grand-père avait une machine à deux roues dans sa remise qu’il ne voulait pas que j’utilise parce que c’était trop dangereux. J’étais enfant, et tout de suite j’étais fasciné par le concept de rouler sur deux roues. Dans mes souvenirs (je ne sais même plus à ce jour si c’est réellement un souvenir ou un rêve), mais je l’avais conduite dans un champs à côté de chez lui. Ce que je suis certain de savoir par contre, c’est que c’est à partir de ce moment que j’ai su que ça n’allait pas me sortir de la tête jusqu’à temps que j’en aie une vrai. Ma deuxième “première histoire de moto”, c’est quand j’ai acheté ma Honda CB400 1978. Hasard ou pas, elle était de la même couleur que celle de mon grand-père.

Un road trip que tu conseilles à tout le monde ? 

Cliché, mais la route qui mène vers Key West en Floride.

La musique occupe une grande place dans ta vie ?

Je suis musicien, alors oui! C’est mon métier: j’ai un studio d’enregistrement (Le Magnétophone) depuis 2013. Mon instrument c’est la guitare, et je la pratique depuis que j’ai 8 ans. 

Ton build dont tu es le plus fier ?

Je suis fier de mon Sportster, malgré que je ne puisse porter le chapeau de “builder”. J’ai fait le design, mais le crédit de la main d’oeuvre ne me revient pas au complet. Pour le prochain, ça va être différent! 

Le monde de la moto a changé au Québec selon toi ?

Je n’en fais pas partie depuis longtemps, alors je ne peux témoigner de ce que c’était avant. Par contre, ce de quoi je peux témoigner, c’est que c’est un monde vraiment accueillant. Tout le monde est là pour la même raison, c’est cette raison qui nous collent ensemble. Pas l’âge, pas le background. J’ai fait des connaissances extraordinaires depuis que je fais de la moto.

Des projets futurs que tu peux nous partager ?

Je parlais du “prochain” un peu plus haut, alors c’est un Shovelhead 1978 que je suis en train de refaire au complet. En ce moment, le moteur est en pièces. Chaque pièce a soit été nettoyée, “vapor blasted”, polie ou les trois. Il va y avoir du chrome brossé sur le bike, mais pas beaucoup. C’est un springer “10” over” de Bone Orchard Cycles qui va faire le front end. Le frame va être rigide. Il va y avoir une longue sissy bar et plusieurs pièces vont être custom. J’en dis pas plus parce que moi même j’en sais pas plus, mais j’espère bien le présenter au Roll the Bones 2022!  

 

Customizing your motorcycle has always been a key part of owning a bike. With the growing community of performance baggers, we had to talk about Daniel Rosen, founder of Proper Baggers. In a short span, he founded an amazing brand loved by everyone. Thanks for sharing your story with us my friend! What is your first memory of being on a motorcycle? I grew up with a biker dad… I can remember my dad showing up to my mothers house in 1985 on a brand new softail. It was so badass I just remember black and chrome. Proper Baggers, present…

Shining a light on custom builders always has been in our core mission at Oneland. With the Roll the Bones Show upon us, we selected a few participants we wanted to speak with. Here is Hayley, aka Haylorization. Have fun kids! What is your first memory of being on a motorcycle? I have always been around them, I don’t really have a first. My aunt and uncle had a cool little shop in Toronto, I think that would be one of my first memories of motorcycles. I’m pretty sure seeing her at swap meets selling parts may have made an…

Texte: Raphaël GaspardPhoto d’entête: Max Vannienschoot Il y a peu de moyen de transport qui offre autant de liberté et de pur bonheur qu’une moto. Le vent dans la face, le paysage qui se déroule à l’horizon et le moteur qui gronde, c’est une recette pour moments parfaits. C’est un univers qui peut rester intimidant et il est facile de ne pas savoir par ou commencer et de remettre à plus tard le rêve de rouler en moto. Il existe déjà un bon nombre d’articles couvrant les points importants à considérer avant de passer à l’action. Je voulais plutôt donner…

Les garages moto do-it-yourself: on veut une belle vibe, des gars et des filles pour parler de nos projets et un divan vintage où déboucher une froide et parler de route. Première pour Montréal, un garage DIY est sur le point d’ouvrir ses portes dans le quartier Villeray. On a rencontré l’équipe derrière le projet.

Grosse nouvelle pour l’univers de la moto en ligne. Iron & Air Media, éditeur indépendant d’Iron & Air Magazine, a acquis Bike EXIF. Mine de rien, dans le monde indie de la moto, c’est un véritable game changer. On vient de regrouper ensemble du géant de la nouvelle vague.

Nous sommes nombreux à attendre la levée du confinement pour aller, enfin, nous perdre sur les routes du Québec. François Leblanc roule environ 30 000 km à moto par saison. On peut dire que c’est vital pour lui. Pour remédier à la situation, il a décidé de joindre l’utile à l’agréable en effectuant le service de livraison d’emplettes diverses, de l’épicerie aux commandes de pharmacie, sur sa Super Ténéré. «Rouler à Montréal ces temps-ci c’est comme rouler de nuit, mais en plein jour! C’est très surréaliste…. C’est aussi beaucoup plus sécuritaire! J’ai l’impression d’habiter un petit patelin rural.» Lulu Événements, spécialisé…