Category

Manufacturiers

Category

Pendant qu’à Montréal l’hiver s’achève, je saute dans un taxi pour l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau. On est avant la COVID-19. On peut encore voyager, l’alerte mondiale n’a pas encore été sonnée. Je pars en direction Tucson en Arizona pour trois jours de formation et d’essais routiers avec Triumph. Je suis impatient d’essayer la nouvelle Tiger 900 Rally Pro et la Rocket 3 GT, ça va m’aider à patienter avant l’arrivée du printemps.

Le tigre

Après deux jours confinés dans une salle de réunion, c’est le moment des essais routiers. Comme première ride de la journée, je choisis une belle Rally Pro couleur kaki mat. Je tourne la clé, le son du moteur se faire entendre. C’est de la musique à mes oreilles! Le son du moteur trois cylindres est plus gras et plus méchant que jamais. Comme première impression, je trouve cette monture légère et bien balancée. Il y a beaucoup plus de couple à bas régime comparativement à la Tiger 800. Sur la route, je me sens tout de suite à l’aise sur cette nouvelle 900. Elle a un comportement similaire à une moto sportive, elle est très agile et a beaucoup de puissance à haut régime où elle semble se réveiller.

En mode hors route

Après une heure à sillonner les routes désertiques de l’Arizona, nous nous engageons sur un petit sentier pour une petite virée hors route. C’est la première fois que je teste une moto avec un quick shifter. C’est vraiment pratique de pouvoir changer de vitesse sans devoir serrer le levier d’embrayage, surtout lorsque l’on est debout sur une route de gravier. La Tiger que je conduis est chaussée avec les pneus de route d’origine ce qui n’est pas optimum pour ce type de terrain. J’imagine qu’avec des pneus 50/50 ce serait moins glissant… J’ai encore peu d’expérience de moto hors route, mais je retrouve le même plaisir que j’avais lorsque je pratiquais le vélo de montagne. Au guidon de la Rally Pro, j’ai l’impression que je conduis le couteau suisse des motos : à la fois habile et confortable sur la route et puissante et équilibrée sur les reliefs moins cléments.

La fusée

En après-midi, j’embarque sur la Rocket 3 GT : 2500cc sous le siège avec une puissance de 167 ch et 221 nm de couple. À l’arrêt, on atteint les 100 km/h en 2,73 secs et tout ça, sans modification. La moto est imposante, mais une fois assis dessus elle n’est pas aussi lourde qu’elle en à l’air. Ce nouveau modèle a 200cc de plus et 80 lb de moins que l’ancienne version. À basse vitesse, elle se manoeuvre assez facilement, mais elle me montre ses véritables couleurs lorsque je tourne la poignée de gaz. Wow! C’est qu’elle porte bien son nom cette Rocket. En troisième vitesse, je suis déjà à 193 km/h. C’est là que je décide de ralentir un peu, faut bien que je rentre à la maison. Dans les courbes, elle se manoeuvre comme un charme. Sa stabilité est impressionnante. Personnellement, c’est moins mon type de moto, mais j’apprécie beaucoup ce moteur qui allie puissance et douceur. Je me dis que cette moto saura plaire aux adeptes de sensation forte à la recherche d’une accélération capable de les propulser sur une autre planète.

La Tiger 900 Rally Pro et la Rocket 3 GT sont deux modèles bien distincts. Fidèle à eux-mêmes, Triumph continu de se forger une identité et un look bien à eux dans l’esprit de leur slogan For the Ride. Tout ce qu’ils font a pour objectif d’offrir la meilleure sensation de conduite. Ce voyage à Tucson aura été décisif. Depuis que j’ai essayé les BMW GS 850 et 1250, je pensais sérieusement à échanger ma Bonneville pour une moto aventure. De retour au Québec, enchanté par le Tigre, j’ai finalement vendu ma Bonneville pour une toute nouvelle Tiger 900 Rally Pro kaki mat. En attendant patiemment la fin du confinement, je planifie les belles randonnées pour l’été.


POUR EN SAVOIR PLUS SUR CES DEUX MODÈLES

facebook.com/montrealtriumphmotorcycles | (514) 932-9718

Montréal, le 28 janvier 2020 – Réunissant au même endroit les plus grands fabricants et les plus grandes marques au monde ainsi que leurs toutes récentes nouveautés, le Salon de la moto de Montréal, présenté par La Capitale assurance et services financiers, comblera chaque visiteur comme jamais. Du motocycliste urbain à l’aventurier en passant par les adeptes de la grande route et ceux qui carburent à la nostalgie, chacun découvrira des modèles pour vivre à fond sa passion. Débutant ou expérimenté, fervent de mototourisme ou d’intensité, utilisateur au quotidien ou randonneur du dimanche, vous trouverez au Salon la moto de…

Oneland a passé trois jours sur la route pour accompagner des motocyclistes qui ont fait l’essai de moto de la gamme Softail de Harley-Davidson. Ils nous ont fait découvrir leur région en nous partageant leurs coups de cœur et en échange, nous leur avons fait découvrir la puissance et le savoir-faire de la marque Harley-Davidson®. Victoriaville, Québec et Saguenay, on arrive. André Maltais et la Harley-Davidson® Fat Bob Âge : 62 ans Expérience de conduite : roule depuis l’âge de 18 ans, après une longue, il a repris le guidon l’an dernier Conduit une : Harley-Davidson Road King Utilisation : parcourt entre 5 000…

Oneland a passé trois jours sur la route pour accompagner des motocyclistes qui ont fait l’essai de moto de la gamme Softail de Harley-Davidson. Ils nous ont fait découvrir leur région en nous partageant leurs coups de cœur et en échange, nous leur avons fait découvrir la puissance et le savoir-faire de la marque Harley-Davidson®. Victoriaville, Québec et Saguenay, on arrive. Yvan Drapeau et la Harley-Davidson® FXDR Âge : 30 ans Expérience de conduite : roule depuis 2 ans Conduit une : Harley-Davidson Sportster Roadster 1200 Utilisation : parcourt entre 12 000 et 14 000 km par année Modèle à l’essai : Harley-Davidson FXDR® 2019 Région : Victoriaville…

Quelques jours avant le Roll The Bones Motorcycle Show, on combat la distance, le décalage horaire et les horaires surchargés avec une entrevue question/réponse par courriel pour parler avec Otto Deutsch de Biltwell Inc. et ambassadeur pour les pneus Metzeler CruisTec.

Il faut le dire d’emblée, Oneland est plus connu pour ses portraits ou ses récits de voyage que pour ses essais routiers. C’est pourquoi on a été un peu surpris quand Husqvarna Canada nous a proposé deux billets en direction du Portugal pour aller essayer la Svartpilen 701.