Trop chauds, trop encombrants, pas assez confortables, pas assez beaux. Toutes les raisons sont bonnes pour faire de la moto en t-shirts et en jeans troués? Pas tout à fait. Doit-on vraiment rappeler que la peau qui glisse sur l’asphalte s’écorche, s’effiloche et brûle? La bonne nouvelle, si on cherche un peu, on constate que le vêtement technique a beaucoup évolué ces dernières années.

Une des raisons pour laquelle on aime la moto, c’est pour le sentiment de légèreté qu’elle procure. La route, le vent qui éveille nos sens, l’impression de voler diront certains. Pour certains, les vêtements de protection sont vus, à tort, comme une entrave à cette sensation unique. Heureusement, on a vu arriver sur le marché plusieurs nouveaux produits capables de marier design, confort et protection. La clientèle dite «urbaine» qui utilise la moto pour de courts déplacements en ville voulait le jeans et la veste qui permettait de passer de la moto à la terrasse sans trop détonner. Et on y arrive enfin.

La fibre qui protège
Le cuir, le Kevlar ou le Cordura se démarquent par leur propriété anti-abrasive. En cas de chute, ils résistent au frottement sur la chaussée. Une fibre comme le coton, que l’on retrouve dans le jeans, se déchirera presque immédiatement, même si on le choisit plus épais. La fibre synthétique, quant à elle, fond avec l’effet de frottement sur l’asphalte: le polyester ou le nylon risquent de brûler la peau plutôt que la protéger.

L’utilisation de matériaux plus malléables donne beaucoup plus de latitude aux designers qui tentent de conjuguer look et sécurité permettant de belles avancées. Après le kevlar et le cordura, c’est l’armalith qui fait son entrée dans le marché. Cette technologie qui provient de l’industrie aérospatiale et qui s’inspire de la soie des toiles d’araignées, est cinq fois plus résistante que le kevlar. Elle est flexible comme le denim, ce qui permet de créer des vêtements sans faire de compromis sur le design, la coupe et le confort.

Des ajouts qui sauvent des vies
En cas de chute, le système de coussin gonflable de sécurité agit comme armure pour le haut du corps (vertèbres cervicales, dorsales et lombaires ainsi que la cage thoracique et l’abdomen). Son dégonflement progressif permet aussi de protéger le motocycliste en cas de glissement au sol. La plaque de protection dorsale, à peine visible et surtout très légère, est efficace pour prévenir les lésions à la fragile colonne vertébrale et qui pourraient avoir des conséquences permanentes. Plusieurs fabricants prévoient une pochette à l’intérieur des manteaux pour ajouter ce type de plaque.

Sous-vêtements ou survêtements qui résistent à l’abrasion et munis de protections souples ou rigides, de pantalons dernier cri tissés avec la plus résistante des fibres, un manteau ajusté avec des renforts aux coudes et aux épaules, des bottes ou des souliers spécialement conçus pour protéger le pied et la cheville à moto. La liste est longue. Celui ou celle qui veut se protéger peut le faire sans sacrifier son look, son confort et son plaisir.

L’équipement que porte le motocycliste est la seule et unique chose qui le protégera en cas de chute. Demandez à un pompier s’il trouve encombrant son manteau, ses pantalons et ses bottes au moment d’éteindre un feu avec une paire de Converse aux pieds.…

Les campagnes de sensibilisation ont leurs limites et sont plutôt discrète sur l’importance des équipements de protection. Au Québec, seuls le casque et la protection oculaire sont obligatoires.

Le casque de moto doit être conforme à l’une des normes de fabrications suivantes:

  • DOT FMVSS 218 (Département des Transports des États-Unis)
  • Snell Memorial Foundation
  • ECE Regulation 22 (Commission économique des Nations Unies pour l’Europe)
  • CAN-3-D230 (Association canadienne de normalisation)
  • Specifications for Protective Headgear for Vehicular User Z90.1 (American National Standards Institute)
  • British Standards Institute

Source: La Société d’assurance automobile du Québec

Cette communication est produite dans le cadre d’une campagne de sensibilisation à la sécurité routière à moto initiée par la Fédération motocycliste du Québec (FMQ). Elle est rendue possible grâce à une subvention de Transports Canada (PAPTSR) et au soutien de nos principaux partenaires dont la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), le Conseil de l’industrie de la motocyclette et du cyclomoteur (CIMC), Moto Journal, Océan Télévision, Le Show de Moto, Intact Assurance et Honda Canada.

Comments are closed.