Tag

États-Unis

Browsing
TEXTE ET PHOTOS : ALEXANDRE MÉTIER

Partie 4. Fin de l’aventure d’Alex Métier.

Partie 1 : S’extirper de son quotidien.
Partie 2 : Lâcher prise.
Partie 3 : Tester ses limites.

Mes jambes tremblent, tétanisées par le froid. Je les plaque contre le réservoir pour sentir le plus possible la chaleur du moteur. Je suis parti de Sedona ce matin et après avoir rejoint Flagstaff au nord, je roule sur la Lake Mary Road. C’est le retour vers Phoenix, je boucle la boucle de mon périple. Mais je n’avais pas du tout calculé que cette route est située à plus de 2000 m d’altitude. Le ciel est neigeux, je roule sans m’arrêter au risque de geler sur place. Les poignées chauffantes ne suffiront pas à me donner le goût de prendre des photos malgré ce paysage de montagne fabuleux.

Au détour d’un virage, le pic Humphreys apparaît au loin, à l’autre bout du lac Mormon. Le soleil a réussi une percée qui illumine son sommet enneigé, majestueux. Sans relâcher l’accélérateur, cette image mentale s’est imprimée dans ma mémoire le temps d’un instant. Plus qu’une image, c’est un souvenir sensoriel: le froid, les membres engourdis, la solitude, la beauté du paysage. Je peux m’y replonger instantanément et ressentir exactement toutes ces sensations. De tels souvenirs, j’en ai accumulé quelques uns tout au long de mes dix jours de voyage. Chacun d’eux m’ont apporté leur dose de dépaysement, d’authenticité et de joie profonde. Autant de paysages traversés et de rencontres qui m’ont reconnecté à moi-même, à la vraie vie, à la vie simple. En voici trois qui m’ont marqué.

1. La rencontre avec Bob et Jim

Look de biker pour l’un, vieux hippie pour l’autre. Ils tiennent le garage Arizona Thunder à Bisbee. Des vieilles Harley s’entassent dans leur shop située dans une rue abandonnée, à quelques pas d’une mine à ciel ouvert. La veille j’étais passé à côté, par la rue principale. J’étais passé à côté de l’essentiel. Mais comme tout arrive pour une raison, un problème de chaîne détendue m’a contraint à revenir sur mes pas jusqu’au seul garage moto des environs. Le temps s’est arrêté quelque part dans les années 50 dans cette rue, en témoignent les voitures d’époque fièrement stationnées. Il fait beau et doux. J’éprouve un soulagement d’avoir trouvé ce garage, mêlé à la joie candide de me retrouver dans ce lieu intemporel. Et le plus simplement du monde, Jim me parle des spots à visiter dans les environs pendant que Bob retend ma chaîne, gratos. Je repars avec une casquette Arizona Thunder, le coeur léger et le sentiment que les gens simples et généreux rendent la vie meilleure.

2. Le silence au coeur du parc Chiricahua

Mon manque de planification m’a une fois de plus mené à un camping complet dans ce parc que je ne veux pas manquer. Situé à l’est de l’Arizona, il n’y a pas âme qui vive à moins de 50 km. Ne pas dormir ici, c’est faire l’impasse sur la randonnée que j’ai prévu le lendemain. Amer, je m’offre comme lot de consolation une ride jusqu’au sommet du parc pour admirer la vue sur les monolithes millénaires, seuls maîtres des lieux. En redescendant, je sens une vibe incroyable. Une sérénité palpable transpire de l’imposante présence de ces roches. J’arrive à la sortie du parc et je m’apprête à faire 45 minutes de route jusqu’au motel le plus proche. Mais une fois encore, je refuse de me résigner. Avec le faible réseau que j’arrive à capter, j’identifie un emplacement de camping improbable dans une vallée voisine. Après 6 km de piste bumpy (qui viendra à bout du tail de ma moto), je monte mon bivouac dans un endroit dégagé, autour d’un feu de camp. Le soleil se couche, le ciel est en feu. Et puis plus rien, le vent est tombé, il n’y a pas d’autre bruit que celui de mes acouphènes (note à moi-même: prévoir des bouchons pour les oreilles la prochaine fois). Ce silence assourdissant me plonge dans un état méditatif, en harmonie avec cette nature qui m’accueille. Je suis seul au monde, pas forcément rassuré, mais profondément libre.

3. Le nirvana sur la route 85 au nord d’Ajo

Plus à l’ouest, le temps s’est rafraîchit et j’ai essuyé mes premières averses. J’ai passé la nuit dans un motel pour me réchauffer. Au réveil, je prends la route pour une longue ride qui me mènera à Sedona. L’air est doux, les nuages se dissipent peu à peu et le soleil fait son oeuvre. Le paysage n’est pas particulièrement attrayant dans cette région mais à cet instant précis, l’atmosphère a quelque chose de poétique. La lumière douce du matin prend une teinte rosée, l’odeur de l’humidité et des plantes m’enivre. Je vis pleinement la route et pendant quelques secondes bénies, je me sens profondément heureux. Le voyage est le chemin.

Voyager à moto me fait vivre des sensations uniques que je ne retrouve avec aucun autre moyen de transport. Un pur mélange d’excitation et de liberté exacerbées par la perception des éléments naturels. Les sensations grisantes d’une accélération, la surprise d’un paysage à couper le souffle à la sortie d’un virage anodin ou simplement une ligne droite qui se perd à l’horizon n’auraient pas cette saveur si particulière sans ressentir la force des vents et la fugacité des parfums qu’il transporte, sans ressentir le soleil qui réchauffe le cuir, le froid qui engourdit les membres ou la pluie qui fouette le visage.

Mais rouler à moto, c’est aussi accepter que la moindre chute puisse être fatale. Il arrive que mon esprit se mette à vagabonder en roulant, mais la plupart du temps je me sens vulnérable. Cette prise de conscience me plonge dans un état de vigilance et de concentration qui me connecte intensément au moment présent. Quel paradoxe: c’est en étant le plus vulnérable que je me sens le plus libre et vivant.

Ce premier road trip a été pour moi une révélation: voyager à moto, seul, est avant tout une aventure intérieure dont je suis ressorti reconnecté à moi-même et à mes sensations, l’âme en paix.

Et si un jour nos chemins se croisent, ne m’en voulez pas si je me mets à vous raconter mon voyage. Vous risqueriez d’avoir, vous aussi, envie de vivre l’aventure moto solo.


Ceci conclu l’aventure d’Alex Métier. Pour revenir en arrière et redécouvrir son récit, voici les liens: 

Partie 1 : S’extirper de son quotidien.
Partie 2 : Lâcher prise.
Partie 3 : Tester ses limites.

Vous avez une histoire à raconter? Un roadtrip à partager? Des photos à faire rêver? Écrivez-nous: info@onelandmag.com.
Texte et photos : Alexandre Métier

Suivez les aventures d’Alex Métier, tous les mardis du mois d’avril. Partie 1 : S’extirper de son quotidien. Partie 2 : Lâcher prise.

Le comptoir en bois du Wagon Wheel Saloon situé à Patagonia est usé par les voyageurs égarés et assoiffés qui s’y acoudent. Je ne fais pas exception. Ma monture est garée à l’extérieure. J’ai la bouche pâteuse et l’estomac dans les talons. L’air hagard après des km balayé par le vent, j’attends avec impatience ma pinte de blonde et mon premier burger du voyage.

J’ai quitté Phoenix il y a trois jours et après avoir passé Tucson je suis maintenant à 30 km au nord de la frontière mexicaine. La vallée de Sonoita est une région de cowboys. Je roule dans un décor de western: les ranchs se succèdent, perdus au milieu de prairies vallonnées, des élevages de vaches et de chevaux piétinent une herbe grillée par le soleil, des buissons soufflés par le vent traversent la route en roulant. Si les trucks ont remplacé les chevaux, l’uniforme des cowboys croisés à la station essence n’a pas changé: santiags poussiéreuses aux pieds, blue jeans et gros ceinturon, visages brûlés par le soleil et Stetson enfoncé sur le crâne. Ici, on ne croise pas les regards: ils nous ignorent ou nous dévisagent.

Je pourrais continuer plein Est sur la route 82 jusqu’à Tombstone, étape obligatoire lors d’un roadtrip dans la région. Mais j’ai repéré un terrain de camping au bord d’un lac isolé au Sud lors d’une exploration nocturne sur Google Maps. Hier soir, j’ai dû dormir dans un motel douteux de Tucson, car le camping perdu au milieu des cactus était complet. Alors ce soir, je vais me rattraper et dormir sous les étoiles !

La route qui descend plein Sud sillonne le long d’une rivière. À ma gauche, le massif de Coronado se dessine. J’attendais avec impatience de rouler ici et de découvrir de mes propres yeux le lac Parker Canyon. Cette région isolée porte en elle la promesse d’une solitude ressourçante. Je ne suis pas déçu en découvrant cette oasis de verdure encaissée entre les collines ! Je partage le camping avec trois VR échoués sur les rives de ce lac aux allures de bout du monde. J’ai planté ma tente au pied d’un arbre, vue imprenable sur l’eau. Je viens d’envoyer un message vidéo pour donner des nouvelles à mes deux jeunes garçons. Fin d’après-midi, je bois ma Grolsch assis face au soleil rasant qui semble avoir suspendu sa course. Je m’imagine rester ici plusieurs jours à ne rien faire d’autre que de contempler le paysage. Une autre fois peut être. Je ne vais y passer qu’une nuit car demain j’ai rendez-vous avec l’aventure.

Je pourrais contourner le massif de Coronado par le Sud, mais la tentation de le traverser en empruntant la Sunnyside road est trop forte. 25 km à travers les montagnes: l’idée est aussi excitante qu’effrayante. D’après les images satellites, la route ressemble à une piste de gravel empruntée par des véhicules à quatre roues. Topologiquement, à 36 000 km d’altitude, c’est jouable. Une fois engagé dans le massif montagneux, je n’aurai plus de réseau cellulaire. Je me fais des bad trips depuis que je prépare cette traversée sauvage: la peur de chuter et de me blesser, l’angoisse d’un bris mécanique, l’hostilité de la faune locale… Et puis la jambe gauche de mon jean est tachetée d’huile. Ma moto en perd un peu depuis hier. Mais je préfère ne pas penser à tout cela…

Le soleil se lève sur le lac, chassant une superbe nuit constellée (j’ai pu m’en rendre compte en allant pisser ma bière à la fraîche). Je démonte mon bivouac et charge ma moto. Je quitte le camping encore endormi et prend la Montezuma Canyon road qui trace plein Sud vers le Mexique. Après 3 km, j’arrive à l’intersection avec la Sunnyside road. Je stationne ma moto sur le bord du chemin pour checker une dernière fois l’itinéraire et admirer le paysage. J’hésite une dernière fois et puis non, je dois tenter le coup!

Je remonte en selle, tourne à gauche et m’engage sur la piste qui fait face au massif de Coronado. Ca monte légèrement pendant 500 m avant de descendre sérieusement dans un canyon. La piste n’est plus qu’un pierrier glissant qui s’enfonce de plus en plus. Je me lève et mets tout mon poids vers l’arrière de la moto pour éviter que la roue avant dérape et me fasse chuter. La moto chauffe et je transpire à grosses gouttes sous mon casque. Misère, dans quoi je m’embarque ! J’essaie de garder mon sang froid pour négocier cette descente au ralenti. Ça passe. Fin de la descente, je roule à présent sous les arbres et très vite je fais face à une longue flaque d’eau qui prend toute la largeur du chemin. Impossible de passer sur les côtés. Je me lance et la traverse. Puis une deuxième encore plus grande.

Je n’ai pas fait 2 km sur cette piste que les choses se compliquent un peu plus : je dois maintenant traverser un ruisseau encaissé. Cette fois je m’arrête et je descends à pied pour me rendre compte de la profondeur de l’eau et choisir l’endroit où je vais passer. Ok, là ça devient intense mon affaire. Descendre dans le ruisseau c’est une chose, mais derrière ça remonte fort entre les roches et les ornières. Je me sens pris dans mon propre piège après être descendu dans le canyon et en faisant maintenant face à cet obstacle. Je prends une minute pour me calmer et je décide de tenter le coup malgré tout. Je me lance, les jambes en coton. Je descends doucement vers le ruisseau, le traverse en gardant les yeux fixés vers les roches qui m’attendent de l’autre côté. Et au moment d’aborder la montée, je cale mais j’arrive à maintenir la moto en équilibre de justesse. Je prends un grande respiration, passe la première et j’essaie de remonter mais la roue arrière patine. C’en est trop pour moi, j’abdique.

Je me laisse reculer en marche arrière dans le ruisseau, le coeur qui bat à 100 à l’heure. Je descends de la moto, les deux pieds dans l’eau pour faire demi tour. La pression de l’eau déstabilise la moto mais je parviens à manoeuvrer sans l’échapper. Je remonte dessus et je prends le chemin du retour. Un VTT passe avec quatre types à bord en me regardant d’un air méfiant, l’un d’eux pose sa main sur le revolver accroché à sa ceinture. Le sentiment de ne pas être à ma place…

Je retrouve la Montezuma Canyon road, soulagé. Je suis clairement allé au bout de mes capacités et de ma témérité. L’aventure aime l’humilité.

Mais je reviendrai ici un jour, avec une moto mieux équipée et surtout plus d’expérience en hors route!


Suivez les aventures d’Alex Métier, tous les mardis du mois d’avril. Partie 1 : S’extirper de son quotidien. Partie 2 : Lâcher prise.

 

Texte et photos : Alexandre Métier

2 de 4. Suivez les aventures Moto Solo, tous les mardis du mois d’avril. Partie 1 : S’extirper de son quotidien.

Grand ciel bleu, soleil doux, asphalte immaculé: les conditions sont idéales et je roule plein Est sur la route 60. Les centres commerciaux de la banlieue de Phoenix laissent enfin place aux premiers cactus. C’est le sourire jusqu’aux oreilles que je ride cette route qui grimpe et serpente. Les sensations sont grisantes, un dépucelage en bonne et due forme. Je passe un col et à la sortie d’une belle courbe taillée entre les roches je fais soudain face à un panorama grandiose. Première claque visuelle: au milieu d’une vaste plaine aride s’élève un dôme rocheux spectaculaire digne d’un décor de cinéma. Vision irréelle. La route descend tout droit et passe à sa gauche. Je relâche l’accélérateur en le dépassant. C’est haut, c’est beau! Fuck it! Je fais demi-tour, quitte la route et emprunte une piste sablonneuse pour voir ça de plus près. Impossible pour moi de ne pas m’arrêter pour prendre des photos.

C’est ainsi que j’expérimente mon plus grand dilemme en voyageant à moto: rouler sans m’arrêter, vivre la route en tentant d’imprimer mentalement les cartes postales que je traverse; ou briser l’euphorie d’une ride parfaite pour immortaliser ces paysages fabuleux? Rouler ou photographier? L’aventure n’aime pas les compromis.

J’arrive à Miami (l’autre), cité minière sans intérêt… ou presque. En préparant mon voyage, j’ai repéré un emplacement de camping en haut d’une colline, face aux mines à ciel ouvert. Je compte bien y monter mon premier bivouac ce soir.

Mais avant ça, je dois acheter de quoi manger et trouver un Power Pack pour charger mon cell. Premier jour et première galère avec ma moto: la plug électrique ne fonctionne déjà plus. Le GPS fourni par le loueur s’est éteint, plus de batterie. De toute façon, j’ai pas le goût de rouler les yeux rivés sur un écran. Je suis là pour me déconnecter après tout! Il est grand temps de lâcher prise. Dorénavant et pour le reste de mon voyage, je vais naviguer à vue en checkant Google Map de temps en temps.

Il est 15h, il ne me reste que 2 ou 3h avant que ce soleil d’hiver se couche derrière les collines. L’entrée de la piste qui va me mener à mon bivouac est là, quelque part au bout d’une ruelle escarpée.

Jusqu’à présent, rouler sur des routes principales, c’était facile pour un motard débutant comme moi. Maintenant les choses se corsent un peu.

Première ruelle: impasse. C’est raide et poussiéreux, je me laisse aller en marche arrière pour faire demi-tour dans la pente en me concentrant pour garder l’équilibre de la moto. Ne pas l’échapper.

Après ma première suée, je tente ma chance quelques kilomètres plus loin: la piste est juste là, au fond de cette cour privée dans laquelle je viens de m’engager. Après quelques mètres, un redneck sort de chez lui. Je ne sais pas qui de lui ou de son clébard est le plus menaçant. Téméraire, mais pas courageux le garçon… Demi-tour presto! Mais surtout, ne pas échapper la moto.

Deuxième suée. Cette fois je passe en mode vue satellite sur Google Maps pour trouver un ultime moyen de m’aventurer dans les collines avant la nuit. Et la troisième sera la bonne! Cherry Flats road est une ruelle à l’asphalte chaotique qui vire serrée entre les maisons. Il est presque 16h, soleil rasant dans la face et je m’engage sur une piste de gravel. Ça grimpe solide! Mais dans quoi je m’embarque… Je roule en seconde et j’essaie de ne pas me crisper. Pourquoi le serais-je après tout? Je ne suis pas équipé, pas expérimenté et accessoirement pas assuré pour rouler hors route. Alors surtout, surtout, ne pas échapper la moto…

Cherry Flats Campground est en réalité un terrain abandonné qui a depuis été supprimé des points d’intérêt de Google.

L’endroit est un peu glauque, les bouteilles d’alcool éclatées au sol témoignent de soirées mouvementées ici, mais la vue spectaculaire sur les mines est la plus belle des récompenses. L’adrénaline et la fierté de m’être rendu là l’emportent. Le soleil a disparu et le vent se rafraîchit. Je monte mon bivouac avec la sensation d’être le roi du monde, seul au sommet de ma colline. La sensation de liberté est totale. Je pense à ma famille et à mes proches, le coeur léger, ancré dans le moment présent. La nuit sera fraîche, mais il en faudra plus pour stopper l’envie de m’aventurer.

Demain, direction Tucson!


2 de 4. Suivez les aventures d’Alexandre Métier, tous les mardis du mois d’avril. Partie 1 : S’extirper de son quotidien.

 

TEXTE ET PHOTOS : ALEXANDRE MÉTIER

1 de 4. Suivez les aventures Moto Solo, tous les mardis du mois d’avril. 

2h du mat et je n’arrive pas à dormir. Mais qu’est-ce que je fous là. Un train de marchandise fait trembler les murs de ma chambre. Mon avion ayant atterri à Phoenix trop tard ce soir, je me retrouve dans le motel le plus cheap et le plus proche de l’aéroport. Ça sent les draps javellisés et la clope froide. L’aventure n’aime pas le luxe.

J’ai quitté Montréal hier matin : ciel bleu glacial de février, un pied de neige bordant les trottoirs. Je réalise que dans quelques heures je vais m’embarquer dans une aventure qui me dépasse: dix jours de roadtrip moto en solo à travers l’Arizona. Sur papier ça fait rêver, mais… Mais ça fait seulement sept mois que j’ai mon permis et six mois que je me suis cassé la clavicule avec la moto de mon frère en forêt. Un vrai champion… J’en mène pas large.

Et puis il y a trois semaines, je me suis fait virer d’une grande entreprise comme 500 de mes collègues (merci patron). J’ai pris mes billets d’avion il y a 10 jours sur un coup de tête et j’ai loué la dernière moto disponible (une BMW GS 650 pour ceux que ça intéresse). Le loueur devait me fournir l’itinéraire et les points d’intérêts, mais le gars qui gérait ça a quitté la compagnie avec toutes les infos. J’ai donc dû boucler mon itinéraire sur Google Map trois jours avant le départ. J’ai uniquement réservé un motel à Sedona en fin de parcours. Pour le reste, je vais improviser. L’aventure commence avec un plan qu’on ne tiendra pas anyway: no plan is a good plan.

J’ai juste envie de crisser mon camp, prendre la route et rouler tout droit sans me retourner. Juste envie de m’extirper d’un quotidien qui use l’âme. Besoin de perdre mes repères, de me perdre pour mieux me retrouver.

Après une courte nuit, ça y est, je suis devant cette moto inconnue à me demander comment je vais m’y prendre pour y accrocher mon sac à dos. Celui-là est de toutes mes aventures depuis plus de 20 ans. Ses 70L contiennent tout le matériel pour mon voyage: ma tente, mon tapis, mon sleeping, mon réchaud, mes gants et mon casque de moto, ma pharmacie, mon déo, ma brosse à dents, un livre et quelques vêtements (mais pas trop). L’aventure aime la simplicité.

Je suis seul sur le stationnement et le loueur m’observe du coin de l’oeil depuis son bureau. Je vais charger mon stock comme si j’avais fait ca toute ma vie avec le semblant de confiance qu’il me reste à cet instant.

La moto est prête, pas moi.

Je monte dessus, la démarre et programme le GPS pour sortir de Phoenix. C’est parti, direction la ville de Globe, à une centaine de kilomètres à l’Est.

Premières sensations crispé au guidon : le moteur est souple (comme dans «pas nerveux») et le banc est très confortable. Ça va le faire. Je commence à me détendre à mesure que je quitte la ville. Il faudra bien que je m’arrête pour manger et mettre du gaz, mais pour l’instant je profite. Je roule. Je largue les amarres. Le voyage commence !

Je ne le sais pas encore, mais je reviendrai à mon point de départ 10 jours plus tard, reconnecté à moi-même, riche d’aventures et de rencontres inoubliables.


1 de 4. Suivez les aventures Moto Solo d’Alexandre Métier, tous les mardis du mois d’avril.

C’est l’été, on a tous envie de prendre le large. Et l’aventure, elle commence aussi bien de ce côté de la frontière que de l’autre, chez nos voisins américains. Que ce soit pour un weekend éclair en direction du Lake Placid, une semaine sur la côte est ou bien un voyage sans lendemain vers la 66 et les déserts du sud, les USA et la moto, c’est un match parfait. Côté assurance, on doit se poser des questions?Il est fortement conseillé de vérifier son contrat d’assurance avant le départ et ce qui est important à retenir : l’assurance moto comporte les mêmes couvertures que l’assurance automobile voici les conseils des experts chez Promutuel Assurance.

Quelle est la couverture de la SAAQ à l’extérieur du Québec?

Sur le site de la SAAQ, vous trouverez l’information nécessaire concernant vos protections en tant que titulaire d’un permis québécois. Effectivement, comme assuré de la SAAQ, vous avez droit à la même couverture, que vous soyez dans la province ou pas. Si vous êtes victime d’un accident de la route (ce que l’on ne souhaite à personne), tous les frais médicaux vous concernant seront pris en charge par la SAAQ.

Quelles protections d’assurance dois-je avoir?

Avant votre départ, il est important de vérifier auprès de votre assureur le montant de votre responsabilité civile. En effet, cette protection obligatoire permet, entre autres, de couvrir les dommages matériels et corporels causés à des tiers lorsqu’un accident survient à l’extérieur du Québec. Si vous voyagez aux États-Unis, par exemple, il est conseillé de revoir le montant à la hausse pour éviter toutes mauvaises surprises.

Si vous êtes responsable d’un accident à l’extérieur du Québec, la protection responsabilité civile ne pourra à elle seule couvrir vos dommages. Vous devez alors détenir la protection « Tous risques » ou « Protection ou renversement » du Chapitre B.

Quels éléments doivent être validés auprès de mon assureur?

Essentiellement, vous devez vérifier si votre couverture d’assurance est adéquate pour les voyages hors de la province.

Oneland

Dois-je informer mon assureur de la durée du voyage?

Lorsqu’une personne voyage aux États-Unis ou dans une autre province du Canada, elle est automatiquement couverte pour une période qui varie en fonction de l’assureur. Cependant, si la durée de votre séjour est supérieure à la période fixée par votre assureur, il est important de le prévenir. Promutuel Assurance nous précise que, pour une durée plus longue que celle spécifiée dans votre contrat, une surprime peut être exigée pour l’assurance moto, et celle-ci est différente d’un assureur à l’autre.

Et le montant en responsabilité civile?

La couverture minimale est de 50 000 $, mais de façon générale, les montants d’assurance suggérés varient d’un million à deux millions de dollars canadiens.

De façon générale, la couverture minimale est de 50 000 $, et les autres montants proposés varient d’un million à deux millions de dollars canadiens. Si vous voyagez fréquemment aux États-Unis, nous vous conseillons d’opter pour une couverture de deux millions. Ainsi, si vous êtes responsable d’un accident, vous aurez la couverture la plus élevée.

Et l’assurance collision?

Vous devez également vérifier si votre police comprend l’assurance collision, laquelle vous protège lorsque vous causez des dommages à votre moto. La protection n’est pas obligatoire au Québec, ni à l’extérieur. Cependant, elle peut vous être très utile lors de vos voyages. Par exemple, s’il vous arrive un accident aux États-Unis, vous n’aurez qu’à débourser votre franchise afin de couvrir les dommages occasionnés à votre moto.

Derniers conseils importants

Nous avons fait le tour des questions concernant un voyage au Canada ou aux États-Unis. Si vous décidez de faire un voyage ailleurs dans le monde, nous vous recommandons fortement d’en discuter directement avec votre assureur.

Enfin, il est à noter que ces conseils concernent le titulaire d’un permis à la SAAQ et le propriétaire de la moto. Avis aux jeunes et aux nouveaux motocyclistes : évitez la location de moto. Conduire une motocyclette demande de l’aisance, une réelle expérience et une excellente connaissance du véhicule. Il est donc beaucoup plus risqué de louer une moto si vous n’avez pas d’expérience en voyage de longue durée.

En collaboration avec Promutuel Assurance.

En 2016, à pareille date, on faisait la file pour des pointes de pizza dans une vieille usine, on déambulait parmi les plus belles motos que l’Amérique peut offrir et on se remettait de la veille. On était à The One Motorcycle Show en Oregon (voir texte ici). Cette année, parce que les astres n’étaient pas si alignés que ça, on est à Montréal et y fait frette en diable. Ça n’empêche pas qu’on va suivre le show de Portland de très près. On présente ici 7 comptes Instagram que te permettront de vivre pleinement le One Motorcycle Show sans traverser le pays dans une van, comme on a fait l’an dernier.

The1Moto

Le compte officiel The One Motorcycle Show, tout passe par là, des exclusivités en coulisses aux photos de fin de soirée, ils sont partout à la fois. Un incontournable, le roi du hastag #the1moto.
Instagram de The1Moto

Tirée du Instagram de The 1 Moto
Tirée du Instagram de The 1 Moto

See See Motorcycles

C’est le brand qui est derrière l’organisation d’un des plus gros show de moto en Amérique du Nord. Pour la 8e édition, ils ont changé d’endroit, mais ils sont toujours partenaires avec Harley-Davidson.
Instagram de SeeSeeMotorcycles 

Tirée du Instagram de See See Motorcycles
Tirée du Instagram de See See Motorcycles

See See Motorcoffee

See See, c’est aussi le café, la boutique. Impossible de passer à Portland, OR sans faire un arrêt au See See Motorcoffe. Un sandwich, un latte, un t-shirt, un magazine et une soundtrack parfaite.
Instagram de SeeSeeMotorCoffee 

Tirée du Instagram de See See Motor Coffee
Tirée du Instagram de See See Motor Coffee

See See KTM

See See, c’est aussi un dealer KTM! Au The One, la marque importe peu, on fait des miracles avec n’importe quoi. Et comme la course de flat-track du dimanche est hyper populaire, KTM est de la partie.
Instragram de See See KTM

Tirée du Instagram de See See KTM
Tirée du Instagram de See See KTM

MotoLady

On ne sait pas trop comment elle fait, mais Alicia Mariah Elfving, a.k.a. Moto Lady est toujours aux premières loges. Dès que c’est à propos de la moto, elle est là. Rock and roll et good vibe sur la route.
Instagram de MotoLady

Tirée du Instagram de Moto Lady
Tirée du Instagram de Moto Lady

American Flattrack

Le dimanche, on se retrouve au Saleem Speedway même si la nuit a été très courte. Pour suivre les préparatifs et la course sur terre battue du The One, c’est définitivement le meilleur endroit.
Instagram de American Flattrack

Tirée du Instragram de American Flat Track
Tirée du Instragram de American Flat Track

Iron and Air

Le magazine n’a pas besoin de présentation. Les meilleures photos du The One, c’est avec eux qu’on aura la chance de les voir. La couverture est complète, mais c’est surtout un accent sur la moto.
Instagram de Iron and Air

Tirée du Instagram de Iron and Air
Tirée du Instagram de Iron and Air

The One Motorcycle Show 2016 en vidéo

Cliquez ici pour plus d’infos sur The One Motorcycle Show, à Portland, du 10 au 12 février 2017.

2017-onemoto-poster-color

Leur plan initial était d’aller directement faire le Skyline Drive et le Blueridge Parkway, mais la température les força à dévier vers la Côte Est, pour éviter la pluie. Yohann Gauthier et Frank Carpentier ont traversé dix états avec une Triumph et une Harley, 6500 km en 18 jours. La Tail of the Dragon de la North Carolina, les avions de chasse de la Virginie et le Jack Daniel’s du Tennesse.

« On essayait le plus souvent possible d’installer nos tentes là où l’on avait accès à un lac ou une rivière, dans le but de se rafraichir un peu après de longues journées à rouler à des températures de plus de 30 degrés. Parfois, tout ce qu’on avait comme option, c’était le splash d’une chaudière d’eau froide avant de monter le campement »

Crédits photos : Yohann Gauthier

TEXTE ET PHOTOS : Le Steak

Il y a des trucs qu’on voit en traînant sur Facebook, comme cette ride, The Boston Massacre.  Il y avait pas beaucoup d’activité sur la page de l’événement: un organisateur qui trip fort et pas beaucoup de vie autour de ses posts. Je clique intéressé, sans plus.  À quelques jours de l’évènement, il annonce vraiment beau, j’ai pas mes filles ce week-end. J’envoie plusieurs invitations aux gens autour de moi, j’ai le feeling que la vibe va être bonne, mais personne de disponible.  Je cogite ça… Bah…  M’a y aller tout seul! Mon bike est top, mon anglais semi-fonctionnel, puis s’il y a de quoi, j’ai ma carte de crédit pis mes jointures.

Préparation et départ

C’est un long congé. Après avoir pris contact avec l’organisateur, je sais que je dois me rendre à Rochester, dans le fin fond du New Hampshire, soit 460 kilomètres de Montréal. J’ai déjà fait cette route en voiture pour Boston il y a quelques années, j’ai des souvenirs de Whites Mountains, je sais que les paysages sont splendides, alors j’opte pour m’y rendre en traversant la frontière par Stanstead près de Magog, au lieu de rouler le Vermont. Après tout, le New Hampshire, c’est pas de casque!

Je prépare l’artillerie lourde, un papa monoparental on the road, ça voyage low budget. Sleeping -40 (trop gros), tente pour 4 (trop grosse), une glacière molle qui rentre dans une sacoche, 2 sets de linge de rechange, un brûleur, une poêle, j’ai même mes moulins à sel de mer et à poivre. Après tout, je suis en congé 4 jours, j’ai rien à l’agenda si ce n’est que de me rendre au Massacre. J’ai la sissy bar bien loadé, un binder, 4 ou 5 swings. Une bonne dizaine de tie-wraps plus tard, ça tient, alors, en route!

La route

Après 30 minutes d’attente aux douanes, j’ai vraiment chaud entre les jambes. C’est beau le tape sur les exaust, mais les coupes chaleurs finalement ça sert à de quoi. Ça fini par être mon tour: l’important, je pense, c’est de pas dire que je m’en vais répéter le massacre de Boston… Ça se passe bien malgré mes ‘’low skills english’’.  Je repars direction Littletown, la ville d’entrée pour le New Hampshire, acheter du gaz en gallon, des clopes qui font tousser puis enlever mon full head.

Rouler pas de casque, c’est mythique. Au Québec, selon mes recherches, la loi sur le port du casque obligatoire est arrivée en 1973 pour l’île de Montréal, la province ayant emboîté le pas l’année suivante.  Je n’étais pas né, donc l’enthousiasme de vivre l’expérience est bien présent. Dans l’immensité des montagnes, 1450 pouces cubes sous la ceinture, je suis en contemplation. Le son des pneus qui embrasse l’asphalte, la caresse du vent sur mon front qui allonge chaque année, je suis en transe. Mon odomètre est en miles, je file à 80/85, j’ai même pas la tâche intellectuelle de conversion à faire. Easy. J’ai mon itinéraire en tête, pas de GPS, 2 ou 3 numéros de rue à retenir.  Humilité devant l’immensité, V-twin méditation et questionnement… Je m’en vais voir qui au juste?

Mickael Bourgeois

Le Dude

Mickael Bourgeois, alias Hamburger Mike ou New Hampshire Mike, ça dépend où tu te trouves. C’est le gars qui organise ça. C’est la cinquième édition cette année. Jamais de date fixe. Cette année, il s’est décidé un matin assis sur les toilettes que ce serait la fin de semaine de sa fête. Il a cherché un camping pour ceux qui venaient de loin, il n’en a pas trouvé, il nous invite donc chez lui à camper dans sa cour. J’arrive le premier, il est avec sa femme, son buddy et l’épouse de ce dernier.

Mike c’est le gars avec les tattoos LIVE FREE OR DIE sur les doigts… Oui, ça rentre… «J’espère que tu n’as pas apporté de bières, j’en ai acheté 72, et ma femme veut pas qu’il en reste demain. Et j’ai un cadeau pour toi. Tu es celui qui remporte le prix pour être venu de la ville la plus lointaine» Je vous traduis ça à peu près, moi dans une phrase en anglais, je comprends 5 mots sur 7 environ, puis il y avait plusieurs fuck aussi.  Les quatre s’assurent de mon confort. Son pote  ressemble à Papineau dans Henri pis sa gang, j’ai vraiment aucune idée de ce qu’il me jase, mais il a un Harley de police et un rat bike, puis il trippe sur mon Springner, on est des chums.

Les boys commencent à arriver d’un peu partout. Mike attend 10/12 motos pour ce soir. Il n’a pas tort. Les motos arrivent par petits groupes, les gars se connaissent un peu tous des différents évènements du coin; ils se sont donné des rendez-vous ici et là pour converger vers Richemond. Le BBQ boucane, Mike fait des shorts ribs pour ses invités, il n’y a qu’une consigne, buvez en masse, car vous allez très mal dormir. On va être combien Mike? I don’t know! La première année on était 3, plus 4 autres gars qu’on a croisé qui ont roulé avec nous. Il y a 2 ans on était 120.

Miracle of Science

Le réveil se passe pour la plupart vers les 7h30, on roule nos tentes, tous un peu éméchés. On repassera pour le sommeil récupérateur. La route devant est vraiment passante, de jour comme de nuit. On attend quelques riders locaux, peut-être une dizaine de plus, pour la balade qui nous mènera au lieu de rencontre du Massacre. Le départ est donné pour près de 3 heures de back road. Mike mène en avant, ça roule serré comme j’aime. Les gars font leurs signaux, bloquent les routes aux stops, et tout le monde porte un casque. Les bikes sont bruyants! Visiblement on est pas assujetti aux mêmes lois que chez nous. On doit arrêter gazer souvent, les tanks peanuts c’est juste beau, je crois.

Vient le temps ou on arrive au réputé Miracle of Science, élu, je ne sais par quelle tribune, comme préparant le meilleur burger de Boston. Il y a déjà une soixantaine de motos de stationnée dans la ruelle, devant la fabrique des bonbons Totty Rolls. Hamburger Mike est donc doublement content. Certains bikes ont fait les magazines, il y a des beautés surréelles. Quelques bières, une belle camaraderie, les gens de la scène locale incluant le Vermont et le Maine se connaissent tous visiblement. L’ambiance est chaleureuse, et on prend soin de ce gars qui parle bizarre qui vient du Canada. You know Justin from Sherbrooke? He was here last year… C’était le Frenchy de l’an dernier, il avait gagné un tank à gaz qu’il pouvait pas ramener sur son chopper.

Engine on!

Le premier moteur ronronne. Les autres démarrent dans une cacophonie. Mike envoie 4 racers en premier et suit. Superbe travail pour bloquer les rues, c’est parti pour 2h de bonheur dans Boston. La ville est immense, les automobilistes et les policiers courtois. L’organisation et la sécurité: chapeau! C’est vraiment hallucinant, simplement suivre et découvrir la ville. Il y a même un pick-up avec une remorque pour les motos qui tombent en panne. La grande classe. Les bikers sont disciplinés. Ça passe définitivement trop vite, on est déjà rendu à l’autre brasserie… c’est fini pour la ride.

Le party est pas loin de pogner dans la place. Beaucoup de bières, il fait chaud. Les participants sont contents. Mike à une impressionnante collection de cadeaux à faire tirer grâce à ses commanditaires. Pour ma part, je repars avec 2 bidons d’essence et un t-shirt que vous avez pas fini de voir… 2XL, le seul qui me pète pas sur le dos, vive les Américains! 

Les invitations pour l’après-party pleuvent, y a de la place pour crasher, don’t care! Mon hic, la météo. J’avais prévu un scénario où je remontais le dimanche, un autre le lundi. Mais la pluie devait être au rendez-vous dans toute la région le lendemain . Me coucher paqueté, me relever encore paqueté, rouler ma tente sous la pluie, et me taper plus de 500km mouillé, bof. Alors on fait quoi dans ce temps-là? On tank, puis on attaque les White Montains de soir en repensant à tout ce qu’on vient de vivre, aux nouveaux buddies qu’on s’est faits et qu’on souhaite revoir plus tard dans la saison.  S’improviser un dossier de fortune, faire un salut aux boys et tordre la poignée à 85mph et la barré là en rentrant dans le tunnel sous Boston, me revoilà reparti. 

Le Boston Massacre, c’est une grande ride, voire un pèlerinage vers lequel la scène québécoise devrait converger. L’hospitalité locale, la qualité des routes, le paysage et surtout la grande classe de l’organisation valent vraiment le détour. Je recommande grandement. 

Et en passant, c’est très froid les montagnes le soir…