Tag

harley-davidson

Browsing

Harley-Davidson ouvre toutes grandes les portes de son garage et permet aux motocyclistes de goûter à la sensation de fendre le vent au guidon d’une de leur moto dans leur région respective. Testez l’agilité d’une Sportster, la puissance d’une Softail ou le confort d’une Road King, rien n’a jamais été aussi facile. En trois étapes simples, il est possible planifier un essai routier pour n’importe quel modèle Harley-Davidson directement chez le concessionnaire le plus près de chez soi.

Voici comment s’y prendre :

Étape 1 : Choisir sa moto

Étape 2 : Trouver un concessionnaire

Étape 3 : Entrer ses coordonnées

Et voilà le tour est joué!

Bien sûr, vous pouvez aussi vous présenter directement chez votre concessionnaire Harley-Davidson sans avoir réserver sur internet.

Pourquoi un essai routier?

Rouler est une expérience des plus transcendante. Sentir la puissance du moteur, s’exposer aux éléments, se libérer de la cage d’acier, tracer sa route, suivre son instinct sont toutes des sensations que vous procure la conduite d’une motocyclette. Harley-Davidson à compri que cette sensation ne s’explique pas. Il n’y a qu’une seule façon de saisir l’ampleur du plaisir de rouler, c’est de le faire, de prendre le large et de l’essayer.

Avec votre casque et votre permis en poche, mettez à l’épreuve les plus récents modèles Harley-Davidson. Réservez votre essai routier dès maintenant.

3 clics. Et l’aventure. Cliquez ici pour réserver votre essai routier.

On en parle depuis longtemps, mais en même temps, on avait tous un peu de difficulté à y croire. La moto électrique d’Harley-Davidson, la Livewire, allait-elle vraiment se retrouver sur nos routes? La réponse est oui! Et les pré-commandes pour la nouvelle moto électrique LiveWire™ sont acceptées au Canada à partir du 17 avril. Voici le communiqué de presse que l’on vient de recevoir du manufacturier de Milwaukee.

(Vaughan, ON) 16 avril, 2019 – Harley-Davidson® a aujourd’hui annoncé le lancement des précommandes canadiennes pour la toute nouvelle moto électrique LiveWire™. Les intéressés peuvent visiter le site Web de Harley-Davidson pour localiser leur concessionnaire autorisé le plus près et effectuer un dépôt de précommande chez le concessionnaire pour l’achat d’une LiveWire. Seuls les concessionnaires Harley-Davidson ayant été autorisés à vendre la LiveWire seront en mesure d’accepter les dépôts et de réaliser des précommandes pour le stock initial destiné à la vente au Canada. Les premières livraisons sont attendues à l’automne 2019.2019 Harley Davidson LiveWire Oneland moto electrique (10)

« Nous sommes ravis d’annoncer que les précommandes pour la LiveWire seront acceptées à partir du 17 avril au Canada, indique M. Steve Lambert, directeur du marketing. Cette moto a suscité un intérêt sans précédent avec un nombre record de personnes souhaitant figurer parmi les premiers propriétaires. Nous sommes impatients de livrer les premières LiveWire aux fortunés propriétaires cet automne. LiveWire est non-seulement un nouveau produit excitant pour la compagnie, c’est aussi une expérience de conduite incroyable. Nous sommes confiants pour son futur et comment elle aidera à définir le marché de véhicule à deux-roues électrique »

La motocyclette LiveWire représente l’avenir de Harley-Davidson; elle offre au motocycliste d’aujourd’hui une propulsion électrique hautement performante, un design évocateur ainsi qu’une connectivité cellulaire. Le groupe motopropulseur H-D Revelation™ de la LiveWire dégage une puissance ahurissante de manière instantanée et sa simplicité de fonctionnement permet au conducteur de porter toute son attention sur le véritable plaisir de conduire une motocyclette : le dynamisme des sensations associées à l’accélération et aux manœuvres. La LiveWire est capable d’accélérer de 0 à 100 km/h en 3 secondes et de 100 à 129 km/h en 1,9 secondes. Sa batterie haute-tension offre une autonomie de ville de 225 km et une autonomie combinée de 142 km mesurées à l’aide des essais combinés du Motor Industry Council (MIC) à 115 km/h.

Les capacités dynamiques de la LiveWire sont optimisées grâce à un châssis conçu pour offrir une maniabilité souple et agile pour une maîtrise indéniable en environnement urbain et une expérience saisissante sur les routes sinueuses. Les suspensions avant et arrière hautement performantes SHOWA® travaillent en tandem avec un cadre en aluminium coulé léger et extrêmement rigide afin de fournir une maniabilité précise et optimale qui confère à la moto une conduite exaltante dans toutes les situations. Les étriers de frein monoblocs avant Brembo® contribuent à rehausser encore davantage la grande manœuvrabilité du véhicule ainsi qu’à assurer une réactivité optimale pour un freinage efficace.

À titre de touche finale, la dynamique de conduite de la LiveWire s’appuie également sur un système de contrôle électronique du châssis (ECC) qui utilise le système de freinage antiblocage (ABS) amélioré pour les virages, le système antipatinage (TCS) et le système de réglage du couple résiduel (DSCS) pour contrôler et gérer le couple de freinage avant et arrière ainsi que le couple moteur sur la roue arrière dans le but d’améliorer le contrôle du motocycliste et d’ajuster la performance du véhicule en différentes conditions. Le système est entièrement électronique et utilise la toute dernière unité de mesure inertielle à six axes (IMU) et la technologie de capteurs ABS. Les fonctions séparées du ECC fonctionnent ensemble pour donner au motocycliste plus de confiance et de contrôle dans des situations moins idéales.

Plusieurs options de recharge sont offertes pour la LiveWire. Un chargeur intégré de niveau 1 qui se connecte dans une prise murale standard de 120 V (ou 240 V) avec un cordon d’alimentation qui se range sous la selle de la motocyclette. Le niveau 1 (de distance par l’heure) de temps de chargement est de 21km pour chaque heure de charge; la LiveWire peut être pleinement rechargée en une nuit à l’aide d’un chargeur de niveau 1. On peut aussi utiliser un chargeur de niveau 3 ou une borne de recharge rapide à courant continu (BRCC) peuvent être utilisés pour recharger la LiveWire avec un connecteur SAE J1772 (connecteur CCS2 – IEC de type 2 pour l’Europe et autres marchés internationaux). Tous les concessionnaires Harley-Davidson qui offrent les motocyclettes LiveWire offriront une station de chargement publique DCFC. L’autonomie par heure de recharge de niveau 3 est d’environ 309 km. Il est donc question d’une recharge de 0-80 % de la capacité en 40 minutes. Recharge complète 0-100% en 60 minutes avec une borne de recharge rapide à CC.

La LiveWire est équipée de la technologie H-DTM Connect qui fournit une connectivité cellulaire permettant de lier le propriétaire à sa motocyclette à l’aide d’un téléphone intelligent équipé de la dernière version de l’application Harley-DavidsonTM. H-D ConnectMaxwell  permet aux propriétaires de se connecter à distance à leur moto LiveWire ainsi que de visualiser les renseignements relatifs à l’état du véhicule. Il offre également au propriétaire une tranquillité d’esprit, puisqu’il peut garder un œil à distance sur son véhicule, notamment grâce aux alertes antivol et à l’assistance en cas de vol.

La LiveWire sera vendue à partir de 37 250$.

Pour plus de détails sur la LiveWire, visitez la page officielle de la première moto éléctrique Harley-Davidson.


Et pour l’occasion, on se laisse sur une autre interprétation de LiveWire… celle de Motley Crue. Parce qu’on écoute jamais trop de Motley Crue.

Photo Audrey H. Arsenault

Interminable, oh interminable hiver. La moto au Québec, c’est la liberté, les partys, les roadtrip et les chums, mais c’est aussi une longue période de dormance qui donne l’impression que le calendrier s’est mis sur pause le 9 janvier.

Parce que l’hiver, coule dans nos veines, heureusement que des gars comme Jesy Renaud de la shop Classic Steel ont décidé de prendre le froid par les cornes, sortir les motos et ouvrir le gaz quand même. Retour en photos sur la première édition de Harley Drag On Ice de Beauharnois.Harley Drag on ice - Moto - OnelandHarley Drag on ice - Moto - OnelandHarley Drag on ice - Moto - Oneland

La moto, l’hiver, le gaz au fond

« J’étais à boutte et j’avais envie de conduire. Alors en décembre de l’année passée, y ma passer par la tête d’installer des crampons sur mon Shovelhead et aller m’amuser sur le lac », explique Jesy Renaud. Il est l’un des organisateurs de la journée d’accélération sur glace qui a eu lieu à Beauharnois en février dernier. Il s’est associé avec le champion de drag Stéphane Crête, d’autres pilotes d’accélération, le magazine Révolution et puis voilà, l’organisation de la première édition de drag de glace venait de débuter.Harley Drag on ice - Moto - OnelandHarley Drag on ice - Moto - Oneland

Et pour cette première édition, le succès a pris un peu tout le monde par surprise, Jesy le premier. Plus l’événement approchait, plus il sentait l’intérêt monter : « Ça n’arrêtait pas d’appeler pour des infos. À la dernière minute, tous les dealers Harley-Davidson voulaient venir, ils me contactaient pour s’informer, etc. On savait à ce moment-là que oui, ça allait être un succès, mais autant de monde? On n’avait pas vu ça venir. Une heure d’attente pour accéder au site… quand même! »

Des pilotes, des motos, des courses

En effet, plus de 3000 personnes ont répondu à l’appel lancé par Jesy. Et pour satisfaire une foule aussi imposante sur la banquise de Beauharnois qui brave un vent qui siffle des lames sur les joues, ça prenait des pilotes, beaucoup de pilotes, professionnels et amateurs. « Ça a été ça le plus facile! Trouver les pilotes. En plein hiver, on veut tous sacrer ça dans l’fond », illustre Jesy Renaud.Harley Drag on ice - Moto - OnelandHarley Drag on ice - Moto - OnelandHarley Drag on ice - Moto - Oneland

Vous avez manqué ça? Heureusement pour nous, le fleuve ne risque pas de geler avant l’an prochain, mais Jesy, et Karine Rowsell avec qui il organise l’événement, nous promettent que ça reviendra. D’ici là, la marche de l’Empereur sautera sur son bike.

Plus d’infos sur la shop de Jesy Renaud, Classic Steel.

Suivre Harley Drag On Ice sur Facebook.

Intéressé par les courses de drag? Ça tombe bien, on va en parler de plus en plus sur Oneland. À suivre!

Harley Drag on ice - Moto - Oneland

Pat Dessureault a accepté de relever le défi que lui lançait la compagnie Silverwax. En collaboration avec l’émission AMS Moto sur la chaîne Télémag, on a demandé à Hardcore Cycle de monter un bobber pour Richard Pelchat de Silverwax. Résultat : une série entièrement consacrés à la préparation de cette moto, des croquis de départ au grand dévoilement.


La moto de Harley-Davidson Sportster 2003 de Silverwax par Hardcore Cycle a remporté la 1ère place dans la catégorie Bobber au Motorcycle Supershow à Toronto.

« On travaille tellement fort sur les motos, souvent sur des petits détails que peu de gens voient. C’est comme une œuvre d’art. En 16 épisodes, c’était une belle occasion de montrer aux gens à partir de quoi on fabrique nos pièces, comment je trouve des morceaux chez des antiquaires, ce que ça demande de faire une peinture metal flake, etc. Avec le bobber de Silverwax, on a pu voir un peu plus le processus pour arriver au résultat final. Des fois, on fait des modifications tellement subtiles que ce n’est pas tout le monde qui peut comprendre le nombre d’heures qui est mis dans ces motos. » – Pat Dessureault

Oneland présente en rafale ici tous les épisodes du Projet Bobber Silverwax.

Projet Bobber Silverwax – Épisode #1

Projet Bobber Silverwax – Épisode #2

Projet Bobber Silverwax – Épisode #3

Projet Bobber Silverwax – Épisode #4

Projet Bobber Silverwax – Épisode #5

Projet Bobber Silverwax – Épisode #6

Projet Bobber Silverwax – Épisode #7

Projet Bobber Silverwax – Épisode #8

Projet Bobber Silverwax – Épisode #9

Projet Bobber Silverwax – Épisode #10

Projet Bobber Silverwax – Épisode #11

Projet Bobber Silverwax – Épisode #12

Projet Bobber Silverwax – Épisode #13

Projet Bobber Silverwax – Épisode #14

Projet Bobber Silverwax – Épisode #15

Projet Bobber Silverwax – Épisode #16

Parce que c’est le Jackalope ce week-end, on met ici un vieux classique: la série Doin’ it Baja. Le Mexique, côté routes de terre, des trous et du gravier, il ne donne pas ça place. Et y’a des gars qui s’en foutent pas mal de l’état de la chaussé, même en Harley. On les présente ici dans leur voyage au pays du tacos.

La mémorable ride de 3500 km entre San Diego et Baja, on peut l’écouter deux cents fois. Évidemment, en prenant du gros soleil, des motos, un décor du far-west et des skaters qui ne connaissent pas le sens de « C’est peut-être pas une bonne idée de faire ça… », à quoi on ajoute pas mal de bouteilles d’alcool et mélange ça avec l’idée d’un road-movie fait par VICE, ça ne peut pas faire autrement que d’être bon. Traduction: v-r-a-i-m-e-n-t bon.

Doin’ it Baja, c’est des pros comme Arto Saari, Heath Kirchart, Keegan Sauder, Patrick O’Dell et leurs chums Harbey Foster, Kynan Tait et Hime Hu qui s’éclatent sur des Harley-Davidson dans la poussière du Mexique accompagnés par un guide qui a déjà tout vu et qui les encouragent à déconner encore un peu… mais pas trop: Bill Bryant.

La série de 8 épisodes qui avait été présentée sur VBS-TV (la chaîne de Vice) est disponible sur YouTube.

Pas besoin de chercher bien loin, ONELAND les présente ici.

Doin’ it Baja par VICE et Harley Davidson

 

 

 

 

 

 

 

Le lundi 30 juillet, Harley-Davidson annonçait aux médias son grand virage basé sur l’accessibilité. Toute la journée, les journalistes participaient tour à tour à une conférence téléphonique au cours de laquelle on expliquait en détail le contenu d’un communiqué de presse qui venait d’être rendu public. Le titre du communiqué en disait long sur l’ampleur de ces annonces à venir: Harley-Davidson intensifie sa stratégie mondiale visant à bâtir la prochaine génération de motocyclistes.

Avec leur plan « Plus de routes mènent à Harley-Davidson », on propose non seulement de nouveaux produits dans des catégories encore inexplorées par le manufacturier de Milwaukee, mais on promet également une plus grande accessibilité aux produits en plus de bonifier les services offerts par les concessionnaires. Un plan d’expansion qui se déploie jusqu’en 2022 et qui annonce un virage encore jamais vue. Comme quoi il y aura un avant et un après 30 juillet 2018.

Allons voir en profondeur ce que cela signifiera concrètement sur la route.

Plus de routes mènent à Harley-Davidson

« Dans un monde en constante évolution où les demandes des consommateurs se diversifient, ce plan d’action accéléré vient soutenir les objectifs établis par Harley-Davidson pour l’année 2027. En investissant de façon stratégique et en concentrant encore davantage ses efforts, l’entreprise prévoit stimuler le marché américain tout en accélérant la progression des marchés internationaux », peut-on lire dans le communiqué de presse.

Le plan « Plus de routes mènent à Harley-Davidson » se divise en trois grands axes

    1. Des nouveaux produits
    2. Plus d’accessibilité à la marque
    3. Des concessionnaires plus forts

1. De nouveaux produits

Côté custom, que ce soit touring ou cruiser, Harley-Davidson n’a pas besoin de présentation. Si on pense petite cylindrée, sportive ou dual, c’est une autre histoire. La marque a donc choisi de s’attaquer à ces trois marchés en proposant plusieurs nouveaux modèles. L’objectif : être partout sur la route, dans tous les segments et les styles.

D’ici 2022, la marque va poursuivre le développement et les avancées technologiques des gros modèles custom que l’on connait et se lance dans de nouveaux marchés en trois étapes distinctes.

Le lancement de la première motocyclette Adventure Touring de Harley-Davidson, la Harley-Davidson™ Pan America™ 1250 est prévu pour 2020. (Modèle prototype).

Étape A: nouveaux modèles

Développer une nouvelle gamme de motos modulaires de 500 à 1250 cm3 incluant la toute première moto Adventure Touring de l’entreprise, la Harley-Davidson™ Pan America™ 1250, un tout nouveau modèle Custom 1250 cm3 et un modèle Streetfighter 975 cm3. Mise en marché : première vague en 2020, deuxième vague en 2022. L’idée de se lancer dans le segment des motos aventures fait du sens. Les Américains, qui règnent déjà dans le hors-route avec Hummer, Jeep et pick-up surdimensionnés, arriveront-ils à se tailler une place dans les sentiers et rivaliser avec BMW, Yamaha et Honda déjà bien installé sur les chemins de gravier? Quant à la Custom et la Streefighter, c’est un peu comme si on sortait du placard la Buell et la V-Rod, avec un nouveau nom et de nouvelles technologies. Des modèles que plusieurs espéraient revoir un jour chez les concessionnaires.

Étape B: petites cylindrées

Lancer un modèle destiné aux marchés émergents de l’Asie, en priorisant l’Inde, avec des moteurs allant de 250 cc à 500 cc. Pour y arriver, la marque parle d’un partenariat avec un fabricant en Asie, sans préciser lequel. C’est intéressant de vouloir cibler ce marché ultra-dynamique, mais est-ce que Harley-Davidson pourra être compétitif au niveau des prix? Une moto en Inde coute une fraction de prix d’une moto ici…

Étape C: l’électrification

Devenir numéro 1 dans le marché de la moto électrique en lançant la Harley-Davidson, LiveWire™, en 2019. Fait intéressant, entre 2019 et 2022, la marque prévoit lancer plusieurs modèles électriques. On parle même d’un vélo électronique. Oui. Un vélo électrique. Sortez les chaps. Ça va jouer dur sur la piste cyclable.

La moto électrique Harley-Davidson, LiveWire™, la première d’un vaste portefeuille de motos
électriques sans embrayage destiné à faire de l’entreprise le leader de l’électrification du sport,
devrait être lancée en 2019. (Modèle prototype).

2. Plus accessibilité à la marque

En résumé, Harley-Davidson débarque downtown. C’est que l’on souhaite des magasins concepts milieux urbains qui viendront trancher avec l’image que l’on se fait d’un concessionnaire Harley-Davidson. De tout petits magasins au cœur de la ville pour attirer une jeune clientèle. Un remake du Harley Café à Toronto? Le concept était génial : café, boutique et atelier mécanique, à deux portes du Town Moto. Une façon efficace d’aller chercher les futurs motocyclistes là où ils sont.

On parle aussi de bonifier l’accès à la marque sur le web en créant des alliances avec des grands noms du commerce en ligne. L’objectif :  élargir la portée de la marque et faciliter l’accès à ses produits. Commander ses pièces et produits Harley-Davidson sur Amazon? À suivre…

Ce modèle Streetfighter 975 cm3 fait partie de la nouvelle gamme de motos modulaires Harley-Davidson de 500 cm3 à 1250 cm3, dont le lancement est prévu en 2020. (Modèle prototype).

3. Des concessionnaires solides

Harley-Davidson demeure relativement vague sur ce point. Le communiqué de presse s’en tient à nous préciser que la marque souhaite solidifier la force de son réseau de concessionnaires et son expérience client et que les concessionnaires les plus performants et les plus entreprenants pourront eux aussi contribuer à soutenir et stimuler l’innovation et le succès pour eux-mêmes et pour Harley-Davidson.

Sur le terrain, difficile de lire entre les lignes pour comprendre ce que cela signifie réellement. Le réseau de concessionnaire se déploie à l’échelle mondiale. Selon les données de 2017, il y en avait 68 au Canada et 698 aux États-Unis. Total à l’échelle mondiale : 1498.

La toute nouvelle moto custom Harley-Davidson affiche une position musclée, un style agressif et dépouillé, avec 1250 cm3 de pure performance. La sortie est prévue pour 2021. (Modèle prototype).

Le jour le plus important de HD, en chiffres?

Est-ce que cette percée dans de nouveaux marchés sera suffisante pour stopper la baisse des ventes? Rappelons que le nombre de ventes mondiales est passé de 264 627 motos en 2015 à 242 788 en 2017.

Pour concrétiser ce virage, Harley-Davidson prévoit financer ce plan entièrement par une réduction significative des coûts et la réaffectation des investissements et des ressources préalablement prévus, y compris les investissements d’exploitation prévus pour 2022 de 450 à 550 millions de dollars, ainsi que les investissements en capital de 2022 de 225 à 275 millions de dollars. Bien de la technique comptable pour dire que Harley-Davidson prévoit trouver à même ses coffres jusqu’à 550 millions pour rendre possible « Plus de routes mènent à Harley-Davidson ». Restructuration en vue…

Modèle d’une moto électrique de Harley-Davidson Une gamme plus vaste de modèles électriques légers, agiles et prêts à s’attaquer au paysage urbain. Pour ceux qui veulent faire l’expérience de l’exaltation à moto, le modèle devrait être offert d’ici 2022. (Modèles prototypes).

Au total, on prévoit que le plan « Plus de routes mènent à Harley-Davidson » génèrera plus d’un milliard de dollars en revenus annuels supplémentaires en 2022 par rapport à 2017. «Notre plan redéfinira les limites de notre marque, nous permettant d’atteindre plus de consommateurs d’une manière qui consolide nos valeurs en tant que marque et en tant qu’entreprise. Nous sommes impatients de le mettre en marche », explique Matt Levatich, président et directeur général, Harley-Davidson, Inc. dans le communiqué qui présente les éléments clés du plan « Plus de routes mènent à Harley-Davidson ».

Que l’on aime ou non la nouvelle direction que souhaite prendre le manufacturier américain, on doit admettre que Harley-Davidson ose. Si pendant des années, certains lui ont reproché de s’asseoir sur ses lauriers, force est d’admettre que la marque veut réellement faire bouger les choses. C’est tout à son honneur d’ailleurs, que ça plaise ou non.

Pour plusieurs, le 30 juillet 2018 aura définitivement marqué un tournant pour Harley-Davidson…

Pour plus d’infos sur la Harley-Davidson™ Pan America™ 1250

Pour plus d’infos sur la Harley-Davidson LiveWire™

Plus d’infos sur la future Harley-Davidson Streetfighter

Plus d’infos sur le futur modèle Harley-Davidson Custom


Nous préparons présentement une entrevue avec la haute-direction de Harley-Davidson Canada sur le plan Plus de routes mènent à Harley-Davidson. Vous aimeriez poser une question? Écrivez-nous à info@onelandmag.com et nous tenterons d’obtenir une réponse! Les résultats de cette entretien seront publiés prochainement.

On fête les 100 ans de Harley-Davidson au Canada et la marque célèbre ça avec un projet moto appelé HDCommonGround. Un hôte d’ici, un visiteur de l’étranger big fan de Harley-Davidson, un circuit qui les amène à traverser quelques-uns des plus beaux coins du Canada et une série web qui présente la culture moto d’un océan à l’autre. La marque Harley-Davidson vue et vécue à travers les yeux de gars et de filles dédiés et impliqués dans la communauté moto.

Parmi les trois hôtes sélectionnés coast-to-coast, Charles-Édouard Carrier de ONELAND a été retenu pour mettre en valeur la communauté moto de Toronto, Ottawa, Montréal et Québec.  Pour les quelques 1500 kilomètres de route de CommonGround Ontario/Québec, Jay Reeves, ancien VJ à MTV New Zealand et ambassadeur Harley-Davidson, se joint à ONELAND pour partager la route. Ensemble, ils pilotent le LowRider S et le Road King Special. Flambette. Du pur bonheur.oneland harley canada

Après un départ officiel chez Pfaff Harley-Davidson de Richmond Hills, en banlieue de Toronto, direction downtown TO pour rencontrer Viktor, jaser #TheMotoSocial et faire un tour de piste avec le photographe Dan Lim.hdcommon ground harley canada oneland

Ensuite, ils rouleront de Toronto à Rivière-du-Loup, ils passeront par les Highlands de l’Ontario, la ville d’Ottawa, longeront la rivière des Outaouais, et s’arrêteront à Montréal, puis à Québec, pour terminer tout ça dans les bois de l’est de la province.

Pour les suivre sur la route :
Jay Reeve : http://instagram.com/thejayreeve
Charles-Édouard http://instagram.com/onelandmag
Harley-Davidson Canada https://www.instagram.com/harleycanada
#HDCommonGround || #HD100

Le tournage a débuté le 3 mai à Toronto et se poursuit jusqu’au 7 mai. Après le périple de Jay et Charles-Édouard, d’autres régions du Canada seront visitées par le projet HDCommonGround, dont les Rocheuses avec Johanna Poultney. À suivre…

Aujourd’hui, on peut officiellement sortir les motos. Mais les rues sont affreuses et y’a du gravier à tous les coins de rue. Laissons encore quelques jours à la Ville et la pluie pour nettoyer tout ça. En attendant le clean-up, on met ici un vieux classique: la série Doin’ it Baja. Le Mexique, côté routes de terre, des trous et du gravier, il ne donne pas ça place. Et y’a des gars qui s’en foutent pas mal de l’état de la chaussé, même en Harley. On les présente ici dans leur voyage au pays du tacos.

La mémorable ride de 3500 km entre San Diego et Baja, on peut l’écouter deux cents fois. Évidemment, en prenant du gros soleil, des motos, un décor du far-west et des skaters qui ne connaissent pas le sens de « C’est peut-être pas une bonne idée de faire ça… », à quoi on ajoute pas mal de bouteilles d’alcool et mélange ça avec l’idée d’un road-movie fait par VICE, ça ne peut pas faire autrement que d’être bon. Traduction: v-r-a-i-m-e-n-t bon.

Doin’ it Baja, c’est des pros comme Arto Saari, Heath Kirchart, Keegan Sauder, Patrick O’Dell et leurs chums Harbey Foster, Kynan Tait et Hime Hu qui s’éclatent sur des Harley-Davidson dans la poussière du Mexique accompagnés par un guide qui a déjà tout vu et qui les encouragent à déconner encore un peu… mais pas trop: Bill Bryant.

La série de 8 épisodes qui avait été présentée sur VBS-TV (la chaîne de Vice) est disponible sur YouTube.

Pas besoin de chercher bien loin, ONELAND les présente ici.

Doin’ it Baja par VICE et Harley Davidson