Tag

Art

Browsing

Cette année au Roll The Bones, nous présenterons, en exclusivité, des reproductions des toiles de Yamasha. Celles-ci seront en vente sous forme d’encan silencieux. C’est une première pour l’artiste-peintre qui habite Kharkiv en Ukraine que d’exposer des reproductions. Au cœur d’un échange courriel avec elle pour préparer son exposition, elle répond à nos questions.

D’où vient ta passion pour l’art?

De mon enfance. Quand je suis entrée en maternelle, on m’a donné une grande feuille de papier pour dessiner toute la journée. À cette époque, il n’y avait pas de sujet spécifique dans mes dessins. C’était différentes images lumineuses. Ensuite, je me suis mise à dessiner toutes sortes de vêtements au point de vouloir devenir créatrice de mode ou designer. J’ai toujours rêvé de concevoir ou de créer quelque chose et de le mettre en pratique. Puis, le photoréalisme est entré dans ma vie.

yamasha oneland (2)Justement, parle-nous de cette forme d’art qu’est le photoréalisme.

Le photoréalisme est un genre dans lequel un artiste reproduit des images aussi réalistes que possible en se concentrant sur le détail des éléments dans le désir d’évoquer la réalité brute. Historiquement, ce terme s’applique qu’aux œuvres de la fin des années 1960 et du début des années 1970, mais il est aujourd’hui utilisé pour décrire des artistes qui utilisent cette technique pour créer des représentations littérales d’un objet, d’une scène ou d’un sujet particulier.

Pourquoi choisir la moto comme sujet pour explorer le photoréalisme?

Certains voient la beauté de la nature et peignent des paysages. Certains voient la beauté humaine et peignent des portraits. Je vois la beauté des motos et la peint. Les machines sont vivantes pour moi, elles ont une âme, comme si elles souhaitaient elles aussi être peintes. Je sens un lien étroit avec les motos, c’est ce que j’ai choisies. Claude Monet a Nymphéas en fleurs, Leonardo da Vinci a Mona Lisa et Radical Ducati, Matador. Comme on dit, à chacun ses goûts.

yamasha oneland (1)Parle-nous du projet Helmets for India auquel tu participes.

C’est un voyage d’aventure caritatif de Bombay à Goa. L’objectif du projet est de collecter 1 000 casques et de les distribuer à des personnes en Inde qui ne peuvent pas se permettre d’en acheter un. Vingt artistes du monde entier ont travaillé à la peinture de casques pour montrer que le port du casque est non seulement sécuritaire, mais aussi esthétique. Les casques de Helmets for India seront présentés lors d’expositions à Bombay, à Goa, dans quelques pays européens et aux États-Unis.

yamasha oneland (5)Si un jour, nous avons la chance de visiter l’Ukraine à deux roues, tu nous emmènes où?

Je serais heureuse de vous présenter non seulement la culture moto de Kharkiv, mais aussi toutes nos attractions locales. Il existe de nombreux sites remarquables autour de Kharkiv, en dehors des paysages urbains. Ma région vous impressionnera avec son désert, son lac salé, sa forêt de Homilsha et ses montagnes de calcaires. Et je vous offrirais certainement un délicieux borshch, un potage à la betterave. Venez! Je promets de vous surprendre!

Suivre Yamasha sur Instagram
Visiter le site de l’artiste Yamasha

Pour acheter une reproduction d’une oeuvre de Yamasha, l’encan se déroulera au Roll The Bones, le 25 mai prochain.

www.rollthebones.ca | Facebook : /rollthebonesmtl | Instagram : @rollthebonesmtl

Cette année, on a demandé à Adrien ChouchtariAteliers 12 oz et Mélodie Perrault de personnaliser un casque Biltwell Bonanza offert par la boutique Le 63 Les casques y seront vendus dans le cadre d’un encan silencieux lors de l’événement Rally in the Alley III organisé par Doomsday Machine et Oneland le 29 juillet prochain. Entrevue avec la pétillante Mélodie Perrault.

Comment as-tu débuté dans le monde de l’illustration?

Je dessine depuis que je suis toute petite. Ma grand-mère est peintre et ma mère nous a toujours encouragé à exploiter notre côté artistique au maximum. J’ai étudié en arts et en graphisme au cégep. À ce moment, j’ai commencé à tatouer. C’est vraiment avec cette pratique que je suis tombée en amour avec l’illustration en tant que tel.

Comment décrirais-tu ton style?

Hummm? De la gravure à ma façon ? Des dessins imparfaits constitués de lignes fines et d’ombrages fait de points ou de lignes… Ça varie un peu selon ce que j’ai envie de faire cette journée-là…!

Est-ce que c’est la première fois que tu peins sur un casque?

J’en ai fait quelques-uns. Le 2e ou le 3e casque que j’ai peint était pour le raffle de la première édition du Babes Ride Out East Coast en 2016. J’en illustre surtout pour des événements en particulier, pour moi ou pour des amis. Disons que je ne veux pas en faire carrière, mais une fois de temps en temps ça fait changement du papier !

casque_melodie-perrault

Qu’est-ce qui t’a inspiré pour le casque Biltwell qui sera aux enchères au Rally in the Alley?

La couleur du casque ! On dirait de la peau, alors j’ai peint des trucs que je me ferais tatouer moi-même. J’ai ajouté une touche de brillant, parce que ça met de la joie dans ma vie.

Quelles sont les techniques utilisées?

J’ai sablé le casque pour enlever le gloss. Ensuite, les illustrations sont un mélange de peinture à l’huile, d’acrylique, de vernis à ongles et de poudre brillante. J’ai terminé avec une couche de vernis protecteur.

Quel a été le plus grand défi rencontré dans la création de ce casque?

Je ne suis pas patiente, c’est pour ça que je préfère illustrer, pas besoin d’attendre que ça sèche!!!!! C’est là mon défi : attendre… lol

Qu’est-ce qui t’a inspiré à suivre ton cours de moto?

D’abord ça été d’être derrière mon copain sur sa moto, ensuite la liberté que ça m’apporte. J’adore sentir les odeurs en roulant, même celles qui puent! C’est difficile de me sentir plus dans le moment présent que quand je roule en moto. C’est quelque chose de très fort.

Est-ce que tu penses qu’il y a un lien entre la créativité et rouler une moto?

Oui et non. Faire de la moto je vois ça comme mon échappatoire. Je suis tout le temps dans ma tête. Ça m’oblige à être focus sur ce qui se passe autour de moi et à vivre le moment présent.

Casque Biltwell, modèle Bonanza

Grandeur : S
Prix de départ : 120$


Mélodie Perrault
www.melodieperrault.ca
Instagram @melodieperrault
Facebook  @MelodiePerrault

Rally in the Alley
Samedi 29 juillet de 13h à 21h
Stationnement de l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs
4155 rue Wellington (entrée rue Galt)
facebook.com/rallyinthealleyIII

Cette année, on a demandé à Adrien Chouchtari, Ateliers 12 oz et Mélodie Perrault de personnaliser un casque Biltwell Bonanza offert par la boutique Le 63 Les casques y seront vendus dans le cadre d’un encan silencieux lors de l’événement Rally in the Alley III organisé par Doomsday Machine et Oneland le 29 juillet prochain. Présentation d’Ateliers 12 oz.

Parlez-moi d’Ateliers 12 oz. Comment cette aventure a débuté?

Ateliers 12oz est né de la complicité artistique de Dominic Simard – technicien House of Kolor, pinstripers et peintre d’expérience  – et l’ artiste tatoueuse Rafahell Gauthier. En unissant nos compétences et nos connaissances complémentaires, nous avons réussi à nous démarquer dans l’esthétique des motos depuis 2015.

Ateliers-12-oz

Qu’est-ce que vous démarque des autres paint shop selon vous?

Nous sommes spécialisés en design 70’s, flake et candy. Le pinstriping, l’utilisation de feuilles d’or et les designs old school à la main nous caractérisent. Pour une meilleure qualité de couleurs et d’effets, nous utilisons que les produits House of Kolor. En plus, nous avons une expérience de plus d’une douzaine d’années sur les carrosseries Harley-Davidson.

Qu’est-ce qui vous a inspiré pour peindre votre casque Biltwell?

Rafahell avait déjà quelques designs de conçu que nous avons utilisé pour le casque. Nous avons agrémenté le tout de feuilles d’argent.

Quelles sont les techniques utilisées?

Le pinstriping (entrefilets en motifs symétriques peints à la main), la feuille d’argent et le design choisi et conçu par Rafahell.

Quel a été le plus grand défi rencontré dans la création de ce casque?

Le pattern fish scale airbrushé au-dessus du vernis du casque. Une technique que nous utilisons avec aisance, mais cette fois-ci avec une autre type de peinture et de technique.

Trouvez-vous qu’il y a un lien entre la créativité et rouler à moto?

Oui, mets-en! Chaque bike représente chaque biker.

Vous présenterez différentes paint job au Rally in the Alley. Quel est le prochain événement auquel vous participerez?

Le 26 août prochain, nous serons à Kildare Deluxe à Saint-Ambroise-de-Kildare dans Lanaudière. Cet événement musical des années 50 s’allie à une exposition éclatante de plus de 500 voitures anciennes. Que ce soit au Rally in the Alley, au Kildare Deluxe, sur la route, dans les cafés-rencontres comme les Meets de la Baie de Beauport ou TheMotoSocial, venez nous jaser !

Casque Biltwell, modèle Bonanza

Grandeur : XL
Prix de départ : 120$


Ateliers 12 oz
Instagram.com/ateliers_12oz
Facebook.com/ateliers12oz


Rally in the Alley

Samedi 29 juillet de 13h à 21h
Stationnement de l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs
4155 rue Wellington (entrée rue Galt)
facebook.com/rallyinthealleyIII

 

Cette année, on a demandé à Adrien Chouchtari, Ateliers 12 oz et Mélodie Perrault de personnaliser un casque Biltwell Bonanza offert par la boutique Le 63.  Les casques y seront vendus dans le cadre d’un encan silencieux lors de l’événement Rally in the Alley III organisé par Doomsday Machine et Oneland le 29 juillet prochainLumière sur l’artiste Adrien Chouchtari.

Comment as-tu débuté dans le monde de l’illustration?

Mon père faisait de la peinture à l’huile sur toile en Afrique, plus précisément au Burkina Faso où je suis né et grandi jusqu’à l’âge de 19 ans! Un jour, il a eu une toile avec des dimensions hors normes qu’il ne pouvait utiliser. Il me l’a donc donnée pour un essai et j’ai fait ma première toile à l’huile à l’âge de 15 ans! J’étais déjà accroché.

Comment décrirais-tu ton style?

Comment le décrire, je ne crois pas vraiment avoir un style, je peins avec l’humeur, j’évolue ! Pour moi si l’œuvre ne dégage pas d’émotion forte, de présence, elle ne vaut pas la peine d’exister! Constamment en quête de perfectionnisme, je cherche ma voie !

Comment as-tu commencé à peindre sur des casques?

Ma passion a toujours été la moto, depuis un très jeune âge ! Quand mes moyens me l’ont permis, j’ai réalisé mon rêve d’en posséder une. Je voulais de l’unicité, de rallier les deux passions n’était qu’une question de temps.

Adrien_Chouchtari-Oneland

Qu’est-ce qui t’a inspiré pour le casque Biltwell qui sera aux enchères au Rally in the Alley?

Le monde de la moto est rempli de crankees, d’assoiffées de sensations, mais surtout de monde simple à la recherche d’un soi intérieur! Nous sommes en fait toujours des primates, juste plus évolués! Chaque fois que je chevauche ma monture, je me considère comme un explorateur à la recherche de nouveaux endroits, de nouvelles sensations, d’une liberté extrême. Je suis Baha’i de religion et notre devise est : «la terre n’est qu’un seul pays et tous les hommes en sont ces citoyens» ironiques que ONELAND m’approche! 😉

Quelles sont les techniques utilisées?

Huile à la main levée, chaque coup de pinceau est unique et laisse une marque distincte. Le dégradé est non existant et plus dur à créer, mais je peins beaucoup à coup de petits points tel du DOTWORK.

Quel a été le plus grand défi rencontré dans la création de ce casque?

Le point de départ est toujours le plus difficile ; épouser la toile à la rondeur de la surface sans distordre l’image n’est pas évident ! Et par la suite, les dessins se font toujours de couleurs foncées sur une feuille, toile ou objet clair, l’inverse est plus dur. Tu dois penser à l’envers.


Est-ce que tu penses qu’il y a un lien entre la créativité et rouler une moto?

Peut-être pas directement, mais il y’a définitivement un lien entre être unique et être motard. Cette soif de vouloir être diffèrent fini toujours par nous rendre créatifs ! Si décider de nos propres destins et chemins façonne la création de notre propre avenir, tous les motards sont des créateurs nés… à mon avis !

Les casques que tu peins sont disponibles à la boutique le 63. Pourquoi avoir choisi ce point de vente?

Après avoir construit mon café racer j’ai entendu parler du 63 par l’entremise de collègues motards. Après avoir franchi le seuil de la porte, je fus pris d’un sentiment de simplicité et d’évasion. Une boutique sans aucune prétention, qui vient chercher le passionné en chacun de nous. Après avoir parlé avec Richard et Amélie, propriétaires mais aussi grands passionnés, j’ai tout de suite su que j’y voulais laisser une emprunte et avec l’encouragement de ma plus grande admiratrice; ma conjointe, je les ai approchés avec mes projets et mes œuvres. Le lien s’est tout de suite créé !

boutique-le-63

Casque Biltwell, modèle Bonanza
Grandeur : M
Prix de départ : 140$ (visière comprise)


Adrien Chouchtari
Courriel : AChouchtari@enerkem.com
Téléphone : (514) 488-0111


Rally in the Alley

Samedi 29 juillet de 13h à 21h
Stationnement de l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs
4155 rue Wellington (entrée rue Galt)
facebook.com/rallyinthealleyIII


Boutique Le 63

facebook.com/boutiquele63
instagram.com/boutiquele63