Tag

DIY

Browsing

Les garages moto do-it-yourself: on veut une belle vibe, des gars et des filles pour parler de nos projets et un divan vintage où déboucher une froide et parler de route. Première pour Montréal, un garage DIY prévoit ouvrir ses portes au printemps 2021 dans le quartier Villeray. On a rencontré l’équipe derrière le projet.

ONELAND: Comment est née l’idée de créer un garage do-it-yourself (DIY) ici à Montréal?

RAPH: Le concept d’atelier moto DIY n’est pas nouveau, mais c’est en parlant de l’idée que je me suis rendu compte qu’on était plusieurs à avoir besoin d’un espace complet pour un, ou de nombreux, projets moto. Puis c’est aussi avoir l’envie de partager ses connaissances et d’apprendre de celles des autres. 

O: Le moodboard que vous nous avez envoyé présente des photos du Brother Moto, à Atlanta. C’est une de vos sources d’inspiration?

R: Exact! Là-bas, ils combinent garage, boutique et café.

O: On a vu plusieurs de ces garages dans le Canada anglais, aux États-Unis et en Europe avec des endroits comme Moto Revere, Lucky Wheels Garage ou MYMY Rider. Quel genre de lieu préparez-vous pour Montréal?

R: Un endroit où il est possible de réparer soi-même sa moto, d’avoir accès à des outils spécialisés, de faire des formations, de rencontrer d’autres passionnés, etc. L’idée, c’est de rendre accessible la mécanique moto, en partant du principe qu’on a plus de fun avec son bike quand on le connaît par cœur.

O: Et comment on pourra accéder au garage partagé?

R: Ce qu’on a en tête, c’est d’offrir un espace de réparation tout équipé en location à l’heure, à la demi-journée ou à la journée avec un accès à tous les outils et conseils nécessaires. Avec ou sans moto, c’est un grand espace pour rassembler le monde autour d’un café, d’une bière ou d’un ajustement de carburateurs. Un abonnement annuel sera nécessaire pour utiliser les stations. On pourra aussi prendre une passe de journée pour essayer l’espace avant.

O: Des prérequis pour tourner le wrench et se salir les mains?

R: L’atelier moto est un espace inclusif et ouvert à tous sans aucune discrimination. Pour tous les amoureux d’huile à moteur, de graisse, d’essence, de roadtrip, d’aventures, de trucs faits à la main, de bonnes vibes et de projets fous! 

O: Où en êtes-vous rendu dans le processus? 

R: On a trouvé un grand local dans le quartier Villeray. On est présentement en recherche de partenaires intéressés à y ouvrir un comptoir café et aussi des mécanicien(e)s. 

O: On a entendu plusieurs entrepreneurs qui souhaitaient ouvrir un garage commun nous dire que le plus gros problème, c’était d’arriver à assurer l’espace. Et pour tous ceux qui ont essayé avant, c’est l’étape où l’on baisse les bras. Auriez-vous réussi l’impossible?

R: C’est tricky en effet, il faut surtout trouver le bon courtier. C’est vrai qu’aux États-Unis, c’est super courant, alors qu’ici c’est beaucoup plus compliqué. Il faut s’inspirer des ateliers DIY comme celui des Affûtés, où tu deviens membre pour utiliser les outils spécialisés pour travailler le bois. Ici, c’est pour de la mécanique moto. Ce n’est pas un projet facile et c’est d’abord et avant tout un labor of love mais on pense avoir trouvé une formule qui fonctionne!


Avec un abonnement annuel, voici ce que Garage de Course souhaite offrir en libre-service à ses membres. 

Garage de course – phase 1

  • Changement d’huile
  • Changement de pneus / crevaison
  • Tune-up général 
  • Entretien ou changement de chaîne
  • Ajustement de carburateur
  • Changement de batterie / travaux électriques
  • Modifications customs
  • Accès à tous les outils nécessaires
  • Accès aux conseils d’un technicien
  • Station de lavage
  • Remorquage de chez vous à l’atelier
  • Commande et livraison de pièces spécialisées
  • Rides organisées
  • Un espace boutique
  • Un comptoir café
  • Des événements
  • Farmers market

Garage de course – phase 2

  • Salle de peinture
  • Station de sand blast / vapor blast
  • Station de soudage (formation obligatoire)

Des idées? Envie de collaborer? Contactez garagedecourses[a]gmail[.]com

Photos du moodboard Brother Moto, Atlanta, Georgie.

La scène moto montréalaise aura bientôt son zine faisant la rétrospective de quelques moments forts de la saison 2016. Nous avons rencontré Tony, à quelques jours de la sortie de Moonbats. Au croisement du recueil, fanzine et album photo, c’est un regard brut en 35 mm sur la moto et sa communauté. Il nous parle de la première édition tout ce qu’il y a de plus DIY.Moonbats - Tony - Oneland interview (3)

Pourquoi le nom Moonbats?
Historiquement, «Moonbats» était un mot que les gens de l’extrême droite utilisaient pour décrire les gens de l’extrême gauche. C’est un peu l’opposé de «Wingnut». En politique, je me considère comme quelqu’un de la gauche et je trouve ce mot plutôt hilarant…

Qu’est-ce qu’on va retrouver dans ce premier numéro de Moonbats?
On parle d’environ 60 pages couleur, des impressions haute-qualité de moments capturés lors de mes sorties de la saison 2016, accompagnées de quelques descriptions écrites à la main. Presque toutes les photos ont été prises pendant que je roulais et si ce n’était pas le cas, elles proviennent tout de même d’évènements motos et rides organisées. Je cherchais une façon de montrer mes amis dans ces instants où ils sont totalement dans leur tête, alors qu’ils roulent. C’était aussi une façon d’immortaliser les bons moments que l’on a eu l’été dernier avec quelque chose que l’on peut toucher, pas seulement en format numérique ou en souvenirs dans nos têtes.Moonbats - Tony - Oneland interview (8)Qu’est-ce qui t’a inspiré dans la sélection des photos et la rédaction des histoires qui les accompagnent?
Ce sont mes photos favorites de la saison 2016. Ça m’a pris beaucoup de temps pour arriver à en choisir une quarantaine. J’ai fait développer 12 films l’an dernier. Ça ne parait peut-être pas beaucoup, mais je sélectionne soigneusement les moments où je prends des photos. Si un instant doit être capturé, si une situation survient, je fais une photo. Le résultat peut être bon ou non et comme c’est avec film, ça peut prendre jusqu’à un mois avant que le sache, le temps de terminer le rouleau. Ce ne sont pas toutes les photos qui sont bien sorties et si j’étais en numérique, j’aurais pu en prendre trente avant d’avoir la bonne. Mais ce que je fais, c’est la vraie vie, c’est la perfection dans l’imperfection. Je ne me considère pas du tout comme un photographe. Ceux qui ont étudié la photo et la pellicule, ceux qui savent exactement quoi faire et quand le faire, ils ont tout mon respect. Pour ma part, c’est vraiment juste une question de m’amuser un peu.

Moonbats - Tony - Oneland interview (3)

Moonbats est vraiment le reflet de ce qu’est le DIY (do it yoursel). Selon toi, comment le do it yourself se connecte avec à la scène moto à Montréal? Comment ces deux éléments sont liés?
Je crois qu’à Montréal, il y a une très belle scène DIY au cœur de la culture moto. J’aime beaucoup le fait que de plus en plus gens travaillent eux-mêmes sur leur moto, imaginent et réalisent leurs propres projets et arrivent à réaliser des trucs hyper intéressants sans nécessairement qu’il y ait beaucoup d’argent pour supporter tout ça. Je crois que c’est pour cette raison que la scène moto de Montréal grandit comme elle le fait en ce moment. On est tous là pour aider, dès que quelqu’un à besoin de quelque chose.

Moonbats - Tony - Oneland interview (4)

Après le volume 1, des plans pour produire d’autres éditions de Moonbats?
Pour le moment, je ne fais qu’imprimer la quantité qui aura été précommandée. Je n’ai pas de plan de distribution en dehors de ça. Mais si la demande est là, je n’ai pas de problème à en faire imprimer un plus grand nombre. J’essaie vraiment de garder ça le plus DIY possible, j’ai tout fait de A à Z par moi-même. Si les gens aiment ça, si le feedback est bon, je me vois très bien en refaire un autre plus tard. En fait, ce serait vraiment super d’en faire un par saison.

Pour obtenir une copie de Moonbats Vol. 1, on se rend sur http://moonbats.bigcartel.com

**La date limite pour commander est le lundi 17 avril 23h59. En précommade, il est possible récupérer sa copie au Marché aux puces – Swap meet du 22 avril organisé à la Casa del Popolo.Moonbats - Tony - Oneland interview (3)