Tag

Flat-Track

Browsing

Vincent Bussière-Lavallée vient tout juste de sortir son livre Le Coureur, qui documente le retour du Flat Track à Trois-Rivières. Nous lui avons poser quelques questions au moment de rendre disponible son premier ouvrage sur un segment de la culture moto contemporaine.

1. Pourquoi avoir choisi Trois-Rivières?

Je suis né à cet endroit et j’y suis très attaché. Ce fut un choix naturel, qui allait de pair avec la tournure des évènements. Je voulais rester authentique dans l’approche et ne rien laisser de côté. Après tout ce n’était pas banal, le Flat Track renaissait de ses cendres après 10 ans d’absence sur la piste de l’hippodrome. De plus, à Trois-Rivières, on a tendance à se comparer avec les grandes villes et à douter de nos capacités. Un peu à l’image des riders, j’ai décidé de ne pas me prêter à ce jeu-là. Il faut surmonter ses peurs et ses hésitations pour avancer!

2. Pourquoi avoir ciblé un coureur, une moto, une discipline pour en faire un livre, et non pas avoir été plus général?

Pour être le plus près de l’action possible. Quoi de mieux qu’être aux côtés des gens qui vivent le moment, c’est tellement plus inspirant! Ils ont quelque chose à raconter, même lorsqu’ils bricolent dans leur garage à l’abri des regards. À bien y penser, c’est une des raisons pour laquelle je voulais être discret lors des prises de vues. Il était hors de question que j’arrive là, avec une lentille de 500-600mm! Je ne voulais pas seulement observer, mais participer. Je pense que la combinaison de ces différents facteurs ajoute un fil conducteur au récit visuel, on se reconnait plus facilement dans l’histoire! 

3. Qui est le coureur?

Jeremie, ancien professeur et bon ami avec le temps. Je suis tombé sur son projet de construction d’une moto. Visiblement, il se donnait corps et âme là dedans et je trouvais ça intéressant. À force de jaser, il m’a confié que ça faisait environ 2 ans qu’il travaillait là dessus et que c’était dans l’optique de participer à une course d’ampleur nationale ici à Trois-Rivières. Ne serait-ce que pour la belle histoire, j’ai sauté dans mes bottes pour documenter ça. Quel culot quand j’y repense! Tout cela s’est fait de façon indépendante, sans l’aide d’équipement lourd, d’écurie ou de gros commanditaires. Petite anecdote, je me souviens avoir aidé Jeremie à mettre la moto dans le coffre de son Honda Element : « Quoi? Penses-tu vraiment que ça va rentrer? » et Jeremie de compléter : « C’est maintenant qu’on va le savoir! ».  On a réussi, et en bon Québécois, c’était «flush»! 

4. En quoi la culture moto peut être inspirante pour un photographe?

Les sujets eux-mêmes sont très forts! C’est définitivement une discipline qui prône un mode de vie alternatif. Je ne connais aucun motocycliste qui n’est pas un outsider à ce qui se passe en société. Je ne sais pas pour vous, mais ça me parle. Ajoutez à cela l’action, la vitesse suivie d’une lumière parfaite, c’est de la liberté à l’état pur. 

5. Ça fait longtemps que tu avais ce projet de livre en tête, ou plus globalement, un projet de livre en général?

L’idée de faire un livre sur ce sujet me tournait en tête, j’ai saisi une opportunité et je l’ai concrétisée. Je suis un gars de projet et j’ai toujours besoin de faire quelque chose de créatif. Je suppose que c’est encré en moi, j’ai tellement aimé l’expérience, que j’ai décidé d’orienter ma carrière vers la photographie d’auteur!

6. Quelle est la pertinence de publier un livre à l’heure du numérique et des likes sur Instagram?

C’est une question à laquelle je réfléchis souvent. Il y a quelque chose d’un peu inexplicable. Comme si c’était naturel pour chacun d’entre nous de tenir un livre entre ses deux mains. La lecture d’un texte ou d’une image est une expérience en soi et le livre a la capacité de l’amplifier. Ce que les autres supports et plateformes numériques ont moins.

À propos du livre:
Au travers l’aventure de Jérémie, ce livre photographique documente le retour du Flat Track à Trois-Rivières au Québec.
Format: 8 x 10 in Ξ 21 x 26 cm
54 pages
Couverture rigide
Date de publication: 21 janvier 2019
ISBN 9780368176142
Prix: 80$
Site web de l’auteur: https://vincent-bussiere.com/
Acheter en ligne via le site Blurb: http://bit.ly/2HG0QkD

D’où vient ton intérêt pour l’art ?

Mon père était peintre. J’ai suivi son chemin et j’ai fait mon bac à l’UQÀM en art plastiques. Aujourd’hui, je travaille à temps plein comme illustratrice à mon compte.

Qu’est-ce qui t’inspire ?

98% de mon travail est basé sur le monde du Flat Track, principalement la série Harley Hooligan. J’adhère complètement à ce style et à l’esprit de communauté qui règne dans ce sport. J’adore le mouvement des motos, leur côtés épurées, le vrombissement des moteurs, les dérapages contrôlés…

Caroline Perron, illustratrice

Des artistes t’influences ou t’allumes ?

J’admire le travail de l’illustrateur et designer graphique Adi Gilbert (99 seconds). C’est pour moi le grand maître du Sharpie ! C’est à lui d’ailleurs que l’on doit la magnifique série d’illustrations pour le film Common Ground réalisé pour les 100 ans d’Harley Canada.

J’ai également un grand respect pour le travail photographique de Bradley Petruchik et Edward Subias. J’ai découvert ces 2 photographes sur Instagram et avec leur bénédiction, je m’inspire de leur travail pour mes illustrations.

Quel est ton médium préféré?

J’aime particulièrement l’encre et l’aquarelle sur toile ou sur carton.

Quel est ton lien avec le monde de la moto?

Je suis tombée en amour avec la culture moto lors d’un voyage en Europe. J’ai assisté à l’événement DirtQuake et ça été un tournant dans ma démarche artistique. Vous dire l’humour et la fraternité qui y régnait! J’étais conquise. J’ai rencontré Guy Martin et j’ai commencé à suivre sa carrière. Il a été ma première inspiration!

Caroline Perron, illustratriceOù peut-on trouver ton travail ?

Dans différents événements comme le Mama Tried, le Oil and Ales ou le Roll the bones. J’aimerais aller au DirtQuake à Portland en juillet si je trouve de la compagnie. Je soutiens aussi les riders Trevor Monn pour la saison 2018 Harley Hooligan côte est et Jeffrey Carver Pro américain Flat Track. Mes travaux les suivent durant la saison et sont en vente à leur kiosque respectif.

Mes oeuvres sont vendues à l’année par Perth County Moto en Ontario et par Shead of Treads en Australie.

Qu’est-ce que tu nous prépares pour Roll the bones ?

Pour Roll the bones, j’aimerais présenter 2-3 illustrations classiques inspirées du flat track américain. Je veux aussi présenter du contenu canadien inspirer d’un événement d’ici, le Fooligan Derby et je vais probablement me lancer dans un chopper de Freedom Machine…et oui, des fois je sors de l’ovale!

Roll-the-bones

*Les oeuvres exposés seront en vente sur place.


Suivez Roll the bones

Facebook : @rollthebonesmtl | Instagram : @rollthebonesmtl | Site web : www.rollthebones.ca


Suivez Caroline Perron

Instagram : @Caro74Happy | Facebook : @CarolinePerron.Illustratrice

Ce weekend, tous les yeux seront tournés vers la vieille piste de flat-track du RPM Speedway de Saint-Marcel-de-Richelieu. Clockwork Motorcycles et Archive y organisent la deuxième édition du Fooligan Derby, une journée de moto, la campagne, la fête et les belles rencontres. L’an dernier c’était top, cette année, on s’attend à quelque chose d’over-the-top. Rencontre avec Samuel Guertin, le coorganisateur.122A5186La pression d’organiser un deuxième Fooligan après le succès du premier, c’est comment?
C’est certain qu’il y a une petite pression, mais je pense que les choses vont se faire naturellement. Nous voulons laisser l’évènement grandir organiquement et non en forçant les choses.

13329419_1666144100300441_2856782047821930327_oEst-ce que le concept change un peu cette année?
Tout le monde a aimé le concept l’année dernière et il reste le même cette année: course amicale et loufoque avec des bikes inappropriés et des déguisements, ambiance relax de campagne, party, feu de camp et camping! Une bonne occasion de décrocher de la ville et de triper un peu pour la fin de semaine!

122A4521La course de flat-track est-elle en train de renaitre?
Il y a évidemment un retour en force du flat-track un peu partout dans le monde en ce moment. C’est en partie dû au mouvement créé par Roland Sand quand il a démarré une compétition de flat-track où seulement les gros V-Twin étaient admis, les Super Hooligans. Ça donne tout un spectacle de voir des Harley Sportster et des Indian Scout tourner sur une piste de flat-track. Il a eu aussi tout un boum avec des évènements comme le Dirt Quake en Europe et aux USA. Les plus jeunes ont commencé à être excités par le sport et surtout à comprendre que c’est un des sports de courses les plus accessibles. Pas besoin d’investir plusieurs milliers de dollars pour avoir du plaisir.

13317078_1666144153633769_5504117117049318139_oCôté nouveautés cette année, on sent que c’est plus accessible, plus ouvert aux curieux, aux débutants, pourquoi avoir créer toutes ces catégories?
Nous voulons vraiment que tout le monde y trouve son compte. Comme il y a toute sorte de motos et des gens avec différent niveau d’expérience sur une piste, nous voulons que ce soit intéressant pour tout le monde de participer et que tous aient une chance de se rendre plus loin dans la partie compétition. Ça va aussi donner un spectacle plus excitant! C’est le fun voir des gars rapides ensemble, mais autant le fun sinon plus de voir un paquet de mini-bikes ou de choppers se battrent pour la première place de leur catégorie.

13227665_1666144270300424_6223355339635706277_oC’est le volet compétition ou le volet fun sur la piste qui est important pour vous?
Nous plaçons l’emphase sur la partie fun et relax de l’événement. Ce n’est pas pour rien que le seul prix en argent qui sera remis, c’est un 250$ pour le meilleur costume! Bien sûr nous voulons que tout le monde soit à l’aise de l’essayer sans stress, alors nous gardons encore cette année la partie essais libre dans l’après-midi pour ceux qui veulent tenter l’expérience sans nécessairement courser. Ça intimide parfois les gens qui pensent ne pas avoir d’expérience autre que celle sur l’asphalte, mais la plupart de ceux qui décident de l’essayer se rendent compte que tu peux y aller à ton rythme sans tout casser et que ça « grip » beaucoup plus que tu le penses. Pas besoin de prendre les courbes en glisse pour avoir du fun !

Un Fooligan Derby #2 parfait, c’est quoi selon toi?
Un Fooligan parfait c’est premièrement du gros soleil, ensuite un paquet de monde qui ont le fun de leur vie, des nouveaux qui osent essayer la track, des fous rires, des drôles de costumes, une compétition excitante, mais amical, du fast food, de la bière, un beau gros feu de camp et des gens qui campent et qui parlent autour du feu de la journée de fou qu’ils ont eu!

Le Fooligan Derby
19 août 2017 – 13h

Facebook: Le Fooligan Derby

Catégories:
-Choppers / Harleys
-Street Trackers / Scrambler / Dual Sport
-Girls Who Ride
-Mini Bikes (150 cc et moins)
-Fooligan Class (ouvert à tous, pour les plus rapides et compétitifs)

Flat-track? Un simple appel pour des billets de saison pour la drag s’est transformé en un mégaprojet visant le retour des courses de moto sur terre battue dans la province, la création de Flat-Track Québec et la construction d’une piste au complexe de Pont-Rouge. Tout ça, en quelques jours. Marc-André Pagé qui pilote cette aventure nous raconte l’histoire.

Fournie par Flat Track Québec
La piste de Pont-Rouge, avant la construction de l’ovale en terre battue. Fournie par Flat Track Québec

« J’appelle Jacques Lebel, propriétaire de la piste d’accélération de Pont-Rouge pour des passes de saisons de drag. Et puis on jase de course, de la série télé Harley and the Davidsons, des flat-track du temps, et on lance l’idée d’une piste pour 2017… », explique Marc-André Pagé. La journée même, il crée un groupe Facebook pour tenter de mesurer s’il y a un intérêt pour le retour du sport à Pont-Rouge. En quelques heures, près de 1000 likes. Il avait sa réponse.

tirée de la page Facebook de Flat-Track Québec
Tirée de la page Facebook de Flat-Track Québec

De la course de drag à la moto flat-track

Il poursuit ses démarches, fait quelques téléphones et parle avec des légendes de moto flat-track au Québec. En quelques jours, il comprend qu’il est carrément en train de piloter le plus gros projet de flat-track au Québec depuis la presque disparition du sport il y a plus de 15 ans. « Y’a personne à Québec qui parlait d’une flat-track il y a trois semaines! », ajoute Pagé qui se souvient des dernières soirées de courses de moto sur terre battue qui se tenaient à l’Hippodrome de Québec.

Dans quelques jours, il amorce la construction d’un ovale de 1/4 de miles (1320 pied) bâtit sur un fond de sable et de terre forte et qui et fini en poussière de pierre.  Celui qui est aussi mécanicien chez Tribal Cycles vient tout juste d’être nommé porte-parole de la division Québec de Flat Track Canada. Il est définitivement sur une bonne lancée pour concrétiser son projet à Pont-Rouge.

L’objectif ultime : faire rouler la piste à l’année, tous les dimanches, été comme hiver, fonder une école de flat-track et utiliser l’ovale de terre battue pour des compétitions de calibre national et des pratiques ouvertes à tous.

Tirée de la page Facebook de Flat-Track Québec
Tirée de la page Facebook de Flat-Track Québec

Ouverture officielle de la piste de flat-track Pont-Rouge

Marc-André Pagé a choisi le 4 juin pour l’ouverture officielle de la piste de terre battue de Pont-Rouge. Et pour l’occasion, il fait ça en grand. Tout ce qui peut rouler sur terre battue est bienvenu pour pratiquer et courser. « Cette journée servira à promouvoir le sport. L’argent amassé permettra d’améliorer la piste, les infrastructures, les estrades, les lumières, le système informatique. C’est le début d’une nouvelle aventure. Venez montrer qu’il y a de l’intérêt pour ça », explique Pagé. Un genre de Kickstarter où chaque participant contribue au retour de la course de moto sur terre battue.

tirée de la page Facebook de Flat-Track Québec
Tirée de la page Facebook de Flat-Track Québec

Le Salon Auto-Sport de Québec

D’ici là, l’équipe de Flat-Track Québec sera au 48e Salon Auto-Sport de Québec avec en grande primeur : le dévoilement du véhicule officiel de Flat track Québec fait par Patrick Dessureault de chez Hardcore Cycle en plus d’une moto custom signée Hardcore Cycle, le tracteur à gazon de course de Jo Jolicoeur, la moto officielle Flat Track Canada de Hugues Pontbriand et quelques autres surprises.

Lorsque l’on parle d’un work-in-progress qui évolue de jour en jour, le projet de Marc-André Pagé est un excellent exemple.

Plus de détails à venir.

Page Facebook de Québec Flat-Track
Page de l’événement de Pont-Rouge – ouverture de la piste

Fournie par Flat-Track Québec
Course avec Flat-Track Canada. Fournie par Flat-Track Québec