Tag

Événement

Browsing

Du 23 au 25 février au Palais des congrès, se déroule le HANGAR17 du Salon de la moto de Montréal. Après le succès de l’an dernier, on remet ça encore une fois pour 2018. Plus grand, plus d’exposants et plus de motos. On vous promet une expérience unique et plus participative. Parmi les nouveaux exposants, Original Garage, de Québec, sera sur place : « La participation au Hangar17 et au Salon de la Moto, c’est pour nous la confirmation que notre première année comme société est une réussite. C’est aussi une opportunité en or de montrer aux gens du Québec notre gamme de pièces pour Harley-Davidson dessinées et conçues par des gens d’ici. On travaille fort pour se faire connaitre sur le web et à l’international, mais ce weekend, c’est le meilleur moment pour faire notre place sur la scène locale», explique Samuel Doucet-Hébert d’Original Garage.

A2A0884Allison_Cordner_Photography

ONELAND est fier de s’associer à l’équipe du Salon de la moto de Montréal pour présenter la deuxième édition du HANGAR17. Encore une fois cette année, l’espace garage regroupe différents builders de motos customs ainsi que des marques indépendantes qui célèbrent la culture et le lifestyle de la moto.

Sur place, visitez les kiosques de :

Puis, venez voir les motos de Atelier Dave Poulin, Mr.Motorcycles, Zeel Design et Sylvain Carignan exposées dans l’espace central. Puis, nouveauté pour 2018, le Hangar17 aura sa réplique du Bar-Salon MR250 avec bières et DJ !

Des prix à gagner

N’oubliez pas de vous prendre en photo au Photobooth du Hangar17 devant le kiosque de Oneland. En publiant votre cliché sur Instagram avec l’identifiant #hangar17, courez la chance de gagner en ensemble cadeau H17.A2A0902Allison_Cordner_Photography

Un OFF le vendredi soir

L’équipe de Doomsday Machine a pris en charge l’organisation d’un OFF-Party en marge des activités du Hangar17 et du Salon de la moto. Pour plus d’information la soirée du vendredi 23 février, visitez le lien ici.

27867574_1893502930979807_3341256491132783834_n

3$ de rabais

Pour obtenir un rabais de 3$ sur le billet d’entrée à prix régulier au Salon de la moto de Montréal, entrez le code promo hangar17 au moment de l’achat !

Texte et photos: Adrien Charretton de J’aime ta vieille

Quand Oneland a indiqué chercher quelqu’un pour couvrir l’inauguration des nouveaux locaux de Husqvarna et KTM Canada, c’est sans hésitation que j’ai répondu présent. En tant qu’amateur d’ancienne moto et particulièrement de vieux motocross, j’ai un lien affectif avec les vieilles Husqy et KTM. Une vieille 250 de 1974  de la firme autrichienne siège d’ailleurs dans mon garage.2017_Oneland_HUSQ_KTM-10

Direction Chambly les nouveaux locaux

Neuf heures le matin, je prends mon vieux BMW double usage pour me mêler au trafic montréalais et ses délicieuses routes… Direction la ville de Chambly où KTM et Husqvarna ont établi leurs nouveaux quartiers généraux après 13 ans à Saint-Bruno-de-Montarville. Je suis accueilli par Allison et Claudie, respectivement directrices marketings de Husqvarna et KTM canada, m’accompagne aussi deux journalistes de Eat, Sleep, Ride : Sophia et Paul. Pas beaucoup de temps pour discutailler, nous choisissons une monture pour faire la route jusqu’ à la piste de Motocross. Paul testera l’enduro de Husqvarna, Sophia la KTM Superduke GT et moi la Superduke R. Choix qui sera d’ailleurs soulignée par Jean René, directeur des ventes Husqvarna, qui me mentionnera qu’il y aurait Adrien avant, et un Adrien après la R !2017_Oneland_HUSQ_KTM-39

L’essai de la Superduke R

La KTM Superduke R…1290cc V-Twin dans un châssis treillis et sans carénage, un couple de 140nm à 6750 tr/min qui vous arrache les bras si vous devenez prétentieux, une moto puissante, nerveuse et une très bonne stabilité dans les virages. Habitué au double usage j’avais peur que la position soit rapidement fatigante. Entre la position sport et touring, KTM a produit un roadster étonnamment confortable, malgré une sellerie, qui après une longue journée, pourrait vous donner l’impression d’avoir passé la nuit avec l’un des 177 chevaux qu’abrite le moteur. L’impressionnant couple en est néanmoins souple et réellement agréable à rouler, même en ville. On pourrait s’attendre à une moto très sèche dans les rapports, mais finalement il n’en est rien. Un couple fort qui peut reprendre très bas et décolle la rétine dans les hauts tours. La Superduke démontre un vrai caractère de bicylindre sous stéroïde. Les fans de ce type de moteur y trouveront sans aucun doute leur bonheur. En conclusion la Superduke c’est du bonbon, mais attention au péché de gourmandise, le châtiment sera immédiat !

KTM sur la piste

Après un peu plus d’une heure, nous arrivons à la piste de motocross. Un camion KTM nous y attend avec leur série de motocross deux temps et quatre temps. Nous rencontrons ici, Chris journaliste pour MXP ainsi que certains coureurs de l’équipe KTM. Nous prenons connaissance des machines et assistons à une belle démonstration de ce que tu peux faire avec… quand t’as pas froid aux yeux. Il est ensuite temps pour nous d’enfiler nos protections, et de tenter de dompter ces nombreux chevaux qui ne demandent qu’à se cabrer… ou bien déjà d’apprendre à y grimper, car maudit que c’est haut quand tu as la jambe courte ! On me prête le 350 SX-F, quatre temps, plus souple pour un amateur que leurs diaboliques deux temps !2017_Oneland_HUSQ_KTM-11

Paul sera le premier à partir essayer la piste aussi le premier à y laisser quelques vertèbres en laissant sa moto le dépasser impunément.  Je fais donc un tour de repérage en suivant Chris à une allure tranquille. Sophia, elle, aura le droit au forfait tandem !2017_Oneland_HUSQ_KTM-30

Un tour de piste qui se révélera fort judicieux, car en bon novice du motocross en piste,  je ne m’attendais pas à ce que ce soit si raide. En fait c’est assez simple, soit t’essores franchement et atterri dans la descente, soit tu hésites et te tasses quelques vertèbres sur le plat. Fort de ma non-assurance j’optais pour la solution brutale, et quand bien même quel plaisir je me suis fait. ll faut dire qu’a la première impression, en voyant une série de gars et filles en costume fluo qui s’envole, d’un simple coup de gaz, ça ne parait pas si difficile. Un jeu d’enfant… En fait, le jeu d’un enfant de 12 ans déjà coureur chez KTM , qui m’a fait manger de la bouette avant de s’envoler sur sa petite, mais couillue machine.




Une fois que l’on a passé l’appréhension et que l’on commence à apprivoiser la bête, on se rend compte de l’aboutissement de ces machines. Ultra légère et extrêmement tolérante, je m’essaierai même à quelques sauts sans prétention, il faut dire que ça change de mon DT de 1977 qui te décale les parties à la moindre prise d’altitude.2017_Oneland_HUSQ_KTM-33

Au tour de la Superduke GT

Après une bonne session de tasse-vertèbres, un petit casse-croute nous attend et nous reprenons la route pour rejoindre les locaux de Husqvarna/KTM afin de profiter de la soirée d’inauguration. Nous échangeons nos montures avec Sophia qui convoitait jalousement la Superduke R. J’enfourche donc la Superduke GT, version grand tourisme de la petite effrontée.2017_Oneland_HUSQ_KTM-37

Même sensation moteur que la R, avec cet agréable twin qui répond à la première éraflure. Une position plus adaptée à la grande route, un par-vent et une suspension extrêmement confortable, en font une machine plus routarde, mais j’oserais le dire, un peu fade après l’essai de la R. La GT est tellement bien faite qu’il en résulte une petite perte de sensation. Il n’en reste pas nécessaire de se tordre le poignet pour se rappeler de ce qui se passe entre nos jambes, mais l’experience est vraiment plus délicate. Un peu trop délicate même, pour un amateur d’ancienne comme moi, qui aime la vibration et être sur le fil.2017_Oneland_HUSQ_KTM-31

Sur les deux modèles, on appréciera les différents modes de configuration de route à piste, qui se changent en quelques clics au guidon, et modifient le comportement de la moto. Un petit plus bien amusant qui permet d’adapter sa moto à l’environnement et l’humeur du moment.

Je n’ai eu malheureusement pas l’occasion de faire un réel essai de l’enduro proposé par Husqvarna, une machine vraiment intéressante. L’ équipe l’avait néanmoins testée cet hiver lors de leur événement sur glace. Je vous invite à aller voir la vidéo correspondante.

Inauguration Husqvarna/KTM

Nous voici donc de retour au nouveaux locaux, un petit moment de pause le temps de déplacer le patch Oneland de ma veste de moto à ma chemise ; et c’est parti pour la découverte des bureaux et des ateliers moto les plus propres et bien organisé qu’il m’eut été donné de voir !2017_Oneland_HUSQ_KTM-452017_Oneland_HUSQ_KTM-67

Après quelques rafraichissements et rencontres bienvenus, un tour des lieux nous fera découvrir des bureaux immaculés et lumineux. L’architecture y est épurée et même dans la salle de mécanique on pourrait manger à terre. On sent que l’on est dans des locaux qui abritent une équipe sérieuse et qu’aucun détail n’est laissé au hasard. Chaque équipe de course a sa section et on sent une fierté non cachée de la part de nos hôtes pour ces locaux. Ce sera aussi l’occasion de rencontrer les coureurs d’autres disciplines, et de découvrir à quel point être champion de moto est loin d’ être un métier de tout repos. Et quand repos il y a c’est parfois au centre hospitalier !

2017_Oneland_HUSQ_KTM-61

Le temps des burn-outs

La fin de soirée se marque par une session de burn-outs. Les deux marques n’ayant pas oublié de faire une place spécialement dédiée à cette pratique, avec un carré détachable, qui te permet de garder ta trace de pneu, sans mauvais jeux de mots. Tout le staff participe à ce joli spectacle, y compris le grand patron Nord Amérique, et ça fait plaisir de voir que même les costards cravates sont piqués dans cette boite !2017_Oneland_HUSQ_KTM-702017_Oneland_HUSQ_KTM-71

Outre la fantastique machine, parfaitement bien huilée qu’est KTM, il est vraiment plaisant de découvrir la suite de l’aventure Husqvarna, dont les premières victoires en compétition d’endurance date des années 1910 ! Une marque moins connue, mais à l’histoire riche et glorieuse. Leur retour sur route (exception faite des supermotards ) laisse présager des bonnes surprises, on attend d’ailleurs avec impatience la sortie des Vitpilen et Svartpilen ! À suivre de près !

Pour plus d’informations sur les modèles KTM et Husqvarna, visitez les sites officiels des deux manufacturiers.




Photos: Audrey H. Arsenault et #sasquatchmtl2017

Le 18 novembre dernier se tenait la Dernière ride du Sasquatch à Montréal. Cest tout vêtu de manteaux de fourrure recyclés ou synthétiques que les participants ont pris dassaut la métropole. Cet événement qui clôt officiellement la saison de la moto se veut un hommage à notre réalité nordique et à notre endurance face au froid.

 

11h00, 3 degrés Celsius — La menace de pluie verglaçante se dissipe, on voit presque le soleil percer les nuages. On est prêt. Comme l’an dernier, le rendez-vous est donné au café Jeanne d’Arc, mais cette fois-ci on change de formule. Exit la parade en ville, aujourd’hui on viraille dans le coeur de Montréal dans le cadre d’un rallye rempli de défis. C’est en bravant le froid de notre délicieux novembre que les 10 équipes sont invitées à compléter le maximum du circuit qui leur est imposé. Temps alloué: 2h. À chaque arrêt, l’équipe doit publier une photo avec l’identifiant #sasquatchmtl2017 sur Instagram.

Sasquatch 2017 Instagram

À 11h30, le départ est lancé et #sasquatchmtl2017 s’active sur les réseaux sociaux. Les équipes se dirigent vers un lieu de prière, une installation artistique, un plan d’eau, une caserne de pompier ou s’arrêtent pour manger un hot dog steamé avec en background le sourire du cuisinier. Puis il y a ce point d’arrêt obligatoire à la boutique Le 63 où les généreux propriétaires, Amélie et Richard, offrent à chacun des participants rien de moins qu’un porte-clé en couille de Sasquatch véritable pendant qu’Audrey en profite pour nous tirer le portrait.

Le rallye se termine à 14h00 au MR250. À l’arrivée des participants, le bar offre à chacun un délicieux drink chaud et réconfortant pour marquer la fin du défi. Une recette de grand-mère qui goûte la tarte aux pommes et qui donne envie de tomber dans la marmite. Les photos Instagram de la journée défilent sur les écrans du bar bondé de monde pendant que les Sasquatchs se racontent leurs aventures et reviennent sur les moments forts de la journée. On remet les prix de présence offerts par Goulet Moto Sport, Brixton, Deus, Rebel Wells et Oneland. De son propre chef, Fred, un des participants, ajoute un prix: une couverture de laine d’armée parfaite pour les roadtrips: «Je m’en suis acheté une, puis je me suis dit que j’en achèterais une deuxième pour donner à la gang». Merci Fred !





 

Au bout du bar, concentré comme des mathématiciens avant le décollage d’une fusée, Frédérique, Judith et Ti-Gui de LaRun compilent les points pour déterminer la première place. Les Chiennes sont à égalité avec les Sensible Bastards. Les deux équipes sont mises au défi dans un duel roche-papier-ciseau qui sera gagné en 2 de 3 par les Chiennes, couronnées grandes gagnantes de la Dernière Ride du Sasquatch 2017.

Les amis, les partenaires, la température, le gros fun : on pouvait difficilement demander mieux pour ce dernier événement de la saison. C’est définitivement un party qui deviendra une tradition chez ONELAND. Après l’Abitibi qui a joint la Dernière ride du Sasquatch pour la première fois cette année, un intérêt se fait déjà ressentir à Québec et à Moncton pour l’an prochain. Gros Sasquatch 2018 en vue !

Merci spécial à tous les allumés qui ont plongé tête première dans cette idée folle de prendre la ville d’assaut en coat de pouèles. Votre implication, vos costumes, vos logos d’équipe et votre courage ont fait de cette deuxième édition un beau succès.

Bonne fin de saison 2017. Merci pour votre support et votre participation. Vous êtes parfait !

La galerie de photos complète est en ligne sur la page Facebook de ONELAND.

 




Texte: Marc Provencher
Photos: Cédric Corbeil

La dernière ride du Sasquatch c’est un événement de peaux et de poils mis sur pied pour célébrer la nordicité de notre territoire et clore la saison par un pied de nez au froid qui s’installe. Cette année, Marc Provencher et Chantal Massicotte du Pub Deuxparquatre se sont associés à Oneland pour mettre sur pied la toute première édition abitibienne et lui donner sa saveur régionale. Compte-rendu de la journée.

Sasquatch - Abitibi 2017

Ben oui, c’est ça….

J’vous entends d’ici, vous dire, devant votre portable, café Starbuck à la main, bruit envahissant et incessant du trafic et de l’espèce humaine de votre Montréal Centre-ville : « La Ride du Sasquatch en Abitibi ? Y vont ben la faire en juillet ?… Y fait tellement frette par chez eux ! »

HA! (marquez un temps) HA! (marquez un temps) HA! (vous saisissez? marquez un temps)

Ben non! En juillet, quand mon chum a demandé l’autorisation à Oneland, instigateur de l’évènement, de faire une édition Abitibienne, il faisait 28 degré Celsius, l’eau de la piscine 88 degré Fahrenheit, les oiseaux gazouillaient pis j’entendais mon 2e voisin tondre sa pelouse.

Avec une ride comme celle-là, on s’imagine tout de suite des Hipsters, fin vingtaine, tatoués, barbus, motos vintages retapés…. Voilà! C’est ça l’affaire… on avait tout faux. De un, pour le départ de notre randonnée dominicale du 29 octobre, de gracieux flocons de neige accompagnaient notre départ. De deux, zéros hipsters à l’horizon.  Parce qu’à Rouyn-Noranda on est plus tendance que ça, un généreux groupe de 25 personnes âgés de 16 à 76 ans enfourchaient leur bécane. Ouaip! 25 personnes âgées entre 16 et 76 ans… ça vaut la peine de le répéter.

On se les gelait, on se trouvait presque beau dans nos bottes et manteaux de poils et on partait faire, pour la plupart, notre dernière randonnée de l’année. Destination : le pit de sable l’autre bord de Rollet, dans le croche, à droite du chemin ! Google ça Rollet… tu vas voir qu’à part des arbres, un dépanneur ouvert 365 jours/an, une cabane à patates frites ouverte, elle, seulement l’été, et une poignée de maisons, il n’y a pas grand chose d’autre. Mais leur pit de sable était l’endroit tout indiqué pour accueillir une gang de poilus.

À première vue, en juillet, quand tu organises un truc comme celui-là, ça semble une ride comme les autres mais légèrement plus originale. Mais le matin que tu te lèves et qu’il faut que t’embarques sur ton bike, à 4° Celsius, avec intermittence de pluie et de neige, ça prend une autre dimension.

Les gars et les filles qui se sont réunis pour la Ride du Sasquatch étaient des vrais de vrais bikeux. T’sé quand un gars roule avec sa Harley d’exposition dans le sable, c’est sans aucun doute un vrai de vrai. T’sé quand ton bonheur de la journée se résume à aller rider pour manger des hots dog, dans le pit de sable, l’autre bord de Rollet, autour d’un feu de palettes, et d’essayer du même coup, de te dégeler les doigts avant de reprendre la route en sens inverse, c’est que t’es un vrai de vrai.

Mais le plus beau dans cette aventure, ce sont les rencontres que tous ont faits. Des gens vrais, sans prétention, sans complexe, et en toute simplicité. Vous étiez, on était, une méchante belle gang!

À tous ces guerriers et guerrières de la Ride du Sasquatch, on se dit à l’automne prochain. Pensez à vous procurer des mitaines de poils d’ici-là!

Chantal

Sasquatch_9763


Pub Deuxparquatre
48, Perreault Est
Rouyn-Noranda, QC  J9X 2C2

Cette année, on a demandé à Adrien ChouchtariAteliers 12 oz et Mélodie Perrault de personnaliser un casque Biltwell Bonanza offert par la boutique Le 63 Les casques y seront vendus dans le cadre d’un encan silencieux lors de l’événement Rally in the Alley III organisé par Doomsday Machine et Oneland le 29 juillet prochain. Entrevue avec la pétillante Mélodie Perrault.

Comment as-tu débuté dans le monde de l’illustration?

Je dessine depuis que je suis toute petite. Ma grand-mère est peintre et ma mère nous a toujours encouragé à exploiter notre côté artistique au maximum. J’ai étudié en arts et en graphisme au cégep. À ce moment, j’ai commencé à tatouer. C’est vraiment avec cette pratique que je suis tombée en amour avec l’illustration en tant que tel.

Comment décrirais-tu ton style?

Hummm? De la gravure à ma façon ? Des dessins imparfaits constitués de lignes fines et d’ombrages fait de points ou de lignes… Ça varie un peu selon ce que j’ai envie de faire cette journée-là…!

Est-ce que c’est la première fois que tu peins sur un casque?

J’en ai fait quelques-uns. Le 2e ou le 3e casque que j’ai peint était pour le raffle de la première édition du Babes Ride Out East Coast en 2016. J’en illustre surtout pour des événements en particulier, pour moi ou pour des amis. Disons que je ne veux pas en faire carrière, mais une fois de temps en temps ça fait changement du papier !

casque_melodie-perrault

Qu’est-ce qui t’a inspiré pour le casque Biltwell qui sera aux enchères au Rally in the Alley?

La couleur du casque ! On dirait de la peau, alors j’ai peint des trucs que je me ferais tatouer moi-même. J’ai ajouté une touche de brillant, parce que ça met de la joie dans ma vie.

Quelles sont les techniques utilisées?

J’ai sablé le casque pour enlever le gloss. Ensuite, les illustrations sont un mélange de peinture à l’huile, d’acrylique, de vernis à ongles et de poudre brillante. J’ai terminé avec une couche de vernis protecteur.

Quel a été le plus grand défi rencontré dans la création de ce casque?

Je ne suis pas patiente, c’est pour ça que je préfère illustrer, pas besoin d’attendre que ça sèche!!!!! C’est là mon défi : attendre… lol

Qu’est-ce qui t’a inspiré à suivre ton cours de moto?

D’abord ça été d’être derrière mon copain sur sa moto, ensuite la liberté que ça m’apporte. J’adore sentir les odeurs en roulant, même celles qui puent! C’est difficile de me sentir plus dans le moment présent que quand je roule en moto. C’est quelque chose de très fort.

Est-ce que tu penses qu’il y a un lien entre la créativité et rouler une moto?

Oui et non. Faire de la moto je vois ça comme mon échappatoire. Je suis tout le temps dans ma tête. Ça m’oblige à être focus sur ce qui se passe autour de moi et à vivre le moment présent.

Casque Biltwell, modèle Bonanza

Grandeur : S
Prix de départ : 120$


Mélodie Perrault
www.melodieperrault.ca
Instagram @melodieperrault
Facebook  @MelodiePerrault

Rally in the Alley
Samedi 29 juillet de 13h à 21h
Stationnement de l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs
4155 rue Wellington (entrée rue Galt)
facebook.com/rallyinthealleyIII

Cette année, on a demandé à Adrien Chouchtari, Ateliers 12 oz et Mélodie Perrault de personnaliser un casque Biltwell Bonanza offert par la boutique Le 63 Les casques y seront vendus dans le cadre d’un encan silencieux lors de l’événement Rally in the Alley III organisé par Doomsday Machine et Oneland le 29 juillet prochain. Présentation d’Ateliers 12 oz.

Parlez-moi d’Ateliers 12 oz. Comment cette aventure a débuté?

Ateliers 12oz est né de la complicité artistique de Dominic Simard – technicien House of Kolor, pinstripers et peintre d’expérience  – et l’ artiste tatoueuse Rafahell Gauthier. En unissant nos compétences et nos connaissances complémentaires, nous avons réussi à nous démarquer dans l’esthétique des motos depuis 2015.

Ateliers-12-oz

Qu’est-ce que vous démarque des autres paint shop selon vous?

Nous sommes spécialisés en design 70’s, flake et candy. Le pinstriping, l’utilisation de feuilles d’or et les designs old school à la main nous caractérisent. Pour une meilleure qualité de couleurs et d’effets, nous utilisons que les produits House of Kolor. En plus, nous avons une expérience de plus d’une douzaine d’années sur les carrosseries Harley-Davidson.

Qu’est-ce qui vous a inspiré pour peindre votre casque Biltwell?

Rafahell avait déjà quelques designs de conçu que nous avons utilisé pour le casque. Nous avons agrémenté le tout de feuilles d’argent.

Quelles sont les techniques utilisées?

Le pinstriping (entrefilets en motifs symétriques peints à la main), la feuille d’argent et le design choisi et conçu par Rafahell.

Quel a été le plus grand défi rencontré dans la création de ce casque?

Le pattern fish scale airbrushé au-dessus du vernis du casque. Une technique que nous utilisons avec aisance, mais cette fois-ci avec une autre type de peinture et de technique.

Trouvez-vous qu’il y a un lien entre la créativité et rouler à moto?

Oui, mets-en! Chaque bike représente chaque biker.

Vous présenterez différentes paint job au Rally in the Alley. Quel est le prochain événement auquel vous participerez?

Le 26 août prochain, nous serons à Kildare Deluxe à Saint-Ambroise-de-Kildare dans Lanaudière. Cet événement musical des années 50 s’allie à une exposition éclatante de plus de 500 voitures anciennes. Que ce soit au Rally in the Alley, au Kildare Deluxe, sur la route, dans les cafés-rencontres comme les Meets de la Baie de Beauport ou TheMotoSocial, venez nous jaser !

Casque Biltwell, modèle Bonanza

Grandeur : XL
Prix de départ : 120$


Ateliers 12 oz
Instagram.com/ateliers_12oz
Facebook.com/ateliers12oz


Rally in the Alley

Samedi 29 juillet de 13h à 21h
Stationnement de l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs
4155 rue Wellington (entrée rue Galt)
facebook.com/rallyinthealleyIII

 

Cette année, on a demandé à Adrien Chouchtari, Ateliers 12 oz et Mélodie Perrault de personnaliser un casque Biltwell Bonanza offert par la boutique Le 63.  Les casques y seront vendus dans le cadre d’un encan silencieux lors de l’événement Rally in the Alley III organisé par Doomsday Machine et Oneland le 29 juillet prochainLumière sur l’artiste Adrien Chouchtari.

Comment as-tu débuté dans le monde de l’illustration?

Mon père faisait de la peinture à l’huile sur toile en Afrique, plus précisément au Burkina Faso où je suis né et grandi jusqu’à l’âge de 19 ans! Un jour, il a eu une toile avec des dimensions hors normes qu’il ne pouvait utiliser. Il me l’a donc donnée pour un essai et j’ai fait ma première toile à l’huile à l’âge de 15 ans! J’étais déjà accroché.

Comment décrirais-tu ton style?

Comment le décrire, je ne crois pas vraiment avoir un style, je peins avec l’humeur, j’évolue ! Pour moi si l’œuvre ne dégage pas d’émotion forte, de présence, elle ne vaut pas la peine d’exister! Constamment en quête de perfectionnisme, je cherche ma voie !

Comment as-tu commencé à peindre sur des casques?

Ma passion a toujours été la moto, depuis un très jeune âge ! Quand mes moyens me l’ont permis, j’ai réalisé mon rêve d’en posséder une. Je voulais de l’unicité, de rallier les deux passions n’était qu’une question de temps.

Adrien_Chouchtari-Oneland

Qu’est-ce qui t’a inspiré pour le casque Biltwell qui sera aux enchères au Rally in the Alley?

Le monde de la moto est rempli de crankees, d’assoiffées de sensations, mais surtout de monde simple à la recherche d’un soi intérieur! Nous sommes en fait toujours des primates, juste plus évolués! Chaque fois que je chevauche ma monture, je me considère comme un explorateur à la recherche de nouveaux endroits, de nouvelles sensations, d’une liberté extrême. Je suis Baha’i de religion et notre devise est : «la terre n’est qu’un seul pays et tous les hommes en sont ces citoyens» ironiques que ONELAND m’approche! 😉

Quelles sont les techniques utilisées?

Huile à la main levée, chaque coup de pinceau est unique et laisse une marque distincte. Le dégradé est non existant et plus dur à créer, mais je peins beaucoup à coup de petits points tel du DOTWORK.

Quel a été le plus grand défi rencontré dans la création de ce casque?

Le point de départ est toujours le plus difficile ; épouser la toile à la rondeur de la surface sans distordre l’image n’est pas évident ! Et par la suite, les dessins se font toujours de couleurs foncées sur une feuille, toile ou objet clair, l’inverse est plus dur. Tu dois penser à l’envers.


Est-ce que tu penses qu’il y a un lien entre la créativité et rouler une moto?

Peut-être pas directement, mais il y’a définitivement un lien entre être unique et être motard. Cette soif de vouloir être diffèrent fini toujours par nous rendre créatifs ! Si décider de nos propres destins et chemins façonne la création de notre propre avenir, tous les motards sont des créateurs nés… à mon avis !

Les casques que tu peins sont disponibles à la boutique le 63. Pourquoi avoir choisi ce point de vente?

Après avoir construit mon café racer j’ai entendu parler du 63 par l’entremise de collègues motards. Après avoir franchi le seuil de la porte, je fus pris d’un sentiment de simplicité et d’évasion. Une boutique sans aucune prétention, qui vient chercher le passionné en chacun de nous. Après avoir parlé avec Richard et Amélie, propriétaires mais aussi grands passionnés, j’ai tout de suite su que j’y voulais laisser une emprunte et avec l’encouragement de ma plus grande admiratrice; ma conjointe, je les ai approchés avec mes projets et mes œuvres. Le lien s’est tout de suite créé !

boutique-le-63

Casque Biltwell, modèle Bonanza
Grandeur : M
Prix de départ : 140$ (visière comprise)


Adrien Chouchtari
Courriel : AChouchtari@enerkem.com
Téléphone : (514) 488-0111


Rally in the Alley

Samedi 29 juillet de 13h à 21h
Stationnement de l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs
4155 rue Wellington (entrée rue Galt)
facebook.com/rallyinthealleyIII


Boutique Le 63

facebook.com/boutiquele63
instagram.com/boutiquele63

PHOTOS: Francis Di Salvio / Havok Industries.

Pour les amateurs de moto custom et de hot rod, Havok Industries tenait l’an dernier son premier rassemblement Show N Shine. Ils remettent ça cette année, samedi le 15 juillet 2017 dans le stationnement du Magasin Général Varennes et de la Méchante Virée Resto Pub. Ouvert à tout ce qui est custom : motos, voitures classiques, hot rods, rat rods, vans, etc. BBQ, tirages de prix de présence, bar, spectacle. À partir de 16h30.

On revient en image sur l’événement de 2016, avec les photos Francis Di Salvio / Havok Industries.

Show N Shine Havok Varennes / ONELAND

Show N Shine Havok Varennes / ONELANDShow N Shine Havok Varennes / ONELAND

Show N Shine Havok Varennes / ONELANDShow & Snine (51)

Show & Snine (64)Show N Shine Havok Varennes / ONELAND

Show N Shine Havok Varennes / ONELAND

Pour plus d’informations, visitez la page Facebook du Show N Shine.

Organisé par: Havok Industries, Archange Custom Cycle, Méchante Virée Resto Pub, Obsession Moto, Magasin Général Varennes.