Author

Raphaël Gaspard

Browsing

Shining a light on custom builders always has been in our core mission at Oneland. With the Roll the Bones Show upon us, we selected a few participants we wanted to speak with. Here is Hayley, aka Haylorization. Have fun kids!

What is your first memory of being on a motorcycle?

I have always been around them, I don’t really have a first. My aunt and uncle had a cool little shop in Toronto, I think that would be one of my first memories of motorcycles. I’m pretty sure seeing her at swap meets selling parts may have made an impact haha. 

Can you tell us more about yourself?

I’m Hayley! Born and raised in Toronto ended up in Peterborough but if you’re lookin’ for me I’m still in Toronto. I went to school for Computer Science and ended up wasting all of that money and choosing to run the parts department at a local motorcycle shop. I spend 8+ hours in a shop just so I can go home and spend 8+ hours in a shop. I make videos on the chopper builds, how to buy used parts and how to restore old chopper parts. I’m here to have fun, not take things seriously and poke fun at people who kick their bike over with their left leg way up in the air. 

Do you have a crazy road trip story to share with us?

There’s a bunch!! But I aint no snitch.  

Your favorite build so far? 

Hands down Big Bone my 1978 Honda CB750 I know and run that chop so well we’re basically the same person now, clapped out and loud. I picked that engine up for like $350 after fighting people off for it. Opened it up and slammed some Cycle X pistons and did an entire top end overhaul. This was all before I was documenting everything like I do now. There’s snippets of it here and there on my IG. 

That bike and I have gone through some funny shit, between reg/recs blowing up batteries under my ass to breaking springer front ends. It’s even got my tooth resin casted in the neck gusset haha.

Do you have a creative process when starting a new project or is it more “go with the flow”?

I actually start with the seat, and build the bike around that. I’ll take the idea and then draw it up on paper and change things as it goes. I stay the fuck off of Instagram while I’m building and keep it to a minimum  I stop talking to everyone, and I don’t go out, I start peeing in bottles and leaving them outside the shop door to make sure I don’t interrupt my creative flow and only when I’m done do I allow myself to see sunlight.

 

Have you seen a change in the motorcycle world since the last 5 years?

I wasn’t public about motorcycles all my life, it has only been the past 4 years that i decided to share it. If there is one thing that I love about the last 5 years in building is that parts have never been easier to get. It’s easier to connect with everyone and be with like minded people. I think that’s pretty cool, it’s also easier for people to share their opinions on your builds, even if they’ve never even touched a bike before. I love that. 

Future projects for you that you can share with us? 

I picked up a killer Panhead that I’ll be rebuilding on Tiktok for fun. I’ve got the transmission all pulled apart on my kitchen counter,  but you can see that chop getting built if you follow me. I’ll be building the frame from scratch and really just doing what I normally do, but on an unsuspecting Harley instead of a poor Honda or Yamaha haha. The Cb750 will always be ongoing, there’s so much I want to do with it all the time.   

Go see her at the Roll the Bones and bring her a beer or a funny road trip story, your call. 

That’s it for now!

 

Le monde de la moto au Québec est riche et diversifié. Nous avons la chance d’avoir une communauté dynamique qui profite de chaque belle journée pour partager leur passion. On rencontre aujourd’hui Nadine Lauzon, fondatrice de Montreal On The Side qui offre des promenades en sidecar au volant de sa belle Moto Guzzi.

Raconte nous ta première histoire de moto

En fait mon amour pour la moto est venue après l’achat d’une belle Vespa LX50. J’avais secrètement rêvé pendant longtemps de me prendre pour Andrey Hepburn dans vacances romaines! J’étais tellement heureuse après son acquisition, j’en pleurais de joie. Je me suis mise à parcourir les routes de Montréal puis je suis me mise à sortir de la ville. Un jour je me suis rendue à Burlington au Vermont! Il fallait voir le visage du douanier qui m’a accueilli au petit poste frontalier. Je me suis rapidement rendu compte qu’il me fallait plus de puissance. 

Un road trip que tu conseilles à tout le monde?

Pas facile, il y en a tellement. Tout d’abord il y a  de belles routes en abondance au Québec, que se soit la 132 jusqu’en Gaspésie, la 155 qui longe la rivière St-Maurice, les belles routes de la Montérégie, des Cantons de l’Est et des Laurentides!  Je recommande également deux régions que j’affectionne particulièrement:  les Highlands en Ontario et les Adirondacks aux États-Unis. 

Apparition à sucré salé
Jonathan Roberge et Patrice Bélanger
crédit photo: Yasmine Zaki

Montréal on the side ça mange quoi en hiver ?

Quand on roule en sidecar, on ne passe jamais inaperçu. Les gens nous envoient la main, nous font un thumbs up. C’est une belle petite machine qui fait sourire et qui sème le bonheur. On me lançais souvent à la blague: “Hey, tu m’embarques?”

Alors l’idée d’offrir des balades s’est mise à germer. J’ai fais mes recherches pour alors découvrir que ce genre de services était déjà offert ailleurs sur la planète et que c’est bien populaire.  Je suis alors moi-même allée vivre l’expérience à Paris que j’ai adoré alors je me suis lancée.

Donc Montréal on the side offre de belles balades à moto. Jusqu’à 2 passagers peuvent prendre place sur la moto, un dans le sidecar et l’autre derrière moi. Divers circuits sont proposés principalement à Montréal et en Montérégie. Vous pouvez même ajouter un délicieux pique-nique du Viridi Café sur les circuits en Montérégie et un menu dégustation de vins et de cidres du Vignoble et Cidrerie Coteau Rougemont  sur la route des vergers.

 J’aime par-dessus tout offrir du sur mesure. J’aime accommoder toutes sortes de demandes tel qu’une promenade surprise pour un anniversaire, un nouveau motocycliste qui ne peut avoir de passager derrière lui dû à la réglementation mais qui veut faire découvrir la liberté de rouler à moto à sa conjointe, un mariage ou une graduation. 

Distinguished Gentleman’s Ride 2021
Crédit photo: Alain Bélisle

Une histoire de route inusitée ?

Ma première moto avec sidecar était une vieille motocyclette ukrainienne avec un moteur BMW. Le moteur n’était pas mal en soi mais le reste,  rien de trop fiable.

Un jour que je revenais de Toronto avec mes chiens dans le side et mon conjoint derrière sur sa propre moto, ma poignée d’accélération est restée coincée au fond. Une chance que cette moto n’atteignant pas 200 km/h ( rire ). Mais bon je roulais au moins à 100, sur une route secondaire avec circulation dans le sens inverse. Nul besoin de vous dire qu’il n’y avait pas de “kill switch” sur cet engin, de plus j’étais incapable de le mettre sur le neutre. Si je lâchais une poignée pour couper le contact, je savais très bien que la moto, due à la charge latérale, voudrait immédiatement quitter la route. Il faut savoir que la conduite d’une moto munie sidecar n’a rien à voir avec la conduite d’une moto régulière ou encore  d’un trike ou d’un can-am.  Le poids n’est pas également réparti, il faut compenser continuellement. Physiquement c’est quand même exigeant, mais on s’habitue. J’ai tout de même réussi à le faire très rapidement et sans perdre le contrôle. Une fois arrêtée sur l’accotement, je dois admettre que mes jambes sont devenues molles. (rire). Et pour combler le tout, d’un seul coup le ciel est devenu noir. J’ai juste eu le temps de couvrir mes chiens et la pluie s’est abattue sur nous. Il pleuvait à l’horizontal. Rendu là, mon conjoint et moi nous sommes mis à rire. Au moins nous étions tous en sécurité.  L’averse a été intense mais de très courte durée.  J’ai la chance que mon mari soit un excellent mécano. Il a effectué une réparation de fortune et nous avons repris la route avec un peu de retard. Voilà que nous devions faire un arrêt pour de l’essence mais la seule station que nous avons croisée sur le chemin était fermée. Nous étions  au milieu de nulle part et ça commençait à nous stresser un peu. Nous avons finalement atteint une ville de taille moyenne avec quelques stations services mais elles étaient également toutes fermées. Nous ne pouvions plus continuer et avons décidé de louer un motel pour la nuit mais le premier endroit n’acceptait pas les chiens. Donc au deuxième, nous les avons rentrés en cachette. C’est en regardant les nouvelles que nous avons appris qu’une tornade venait de frapper dans la région d’Ottawa et que plusieurs pannes de courant affectait le secteur. Bref un roadtrip en moto ce n’est jamais banal!

Le monde de la moto a changé au Québec selon toi ?

Je pense qu’on y retrouve encore cette belle fraternité. La communauté de Montréal est vraiment vivante et invitante. Ce qui a changé selon moi, c’est le nombre d’adeptes. Nous sommes de plus en plus nombreux et il y a de plus en plus de femmes toutes âges confondus.  Ça fait vraiment plaisir à voir.

Balade nocturne
crédit photo: Jessy Daviau

Tu conseilles quoi à un client qui vient te voir pour la première fois ? 

En toute franchise, je préfère les balades à la campagne. C’est plus agréable quand il n’y a pas de trafic. De plus, ça donne une meilleure impression de la liberté que procure une promenade à moto. Le pique-nique avec charcuteries et fromages d’ici et/ou la dégustation de vins et de cidres sont des incontournables pour une expérience ultime.

Des projets futurs pour Montréal on the side ?

J’aimerais certainement  développer de nouveaux circuits et agrandir la flotte. Mon conjoint et moi avons acheté une maison avec un terrain immense en Montérégie cette année. J’y rêve d’y aménager quelques tentes de glamping. L’endroit est propice pour le tourisme à moto et je crois que ce serait un service complémentaire génial pour Montréal on the side.

 

Le tournage de la nouvelle série documentaire Nomades à moto produite par Picbois Productions en collaboration avec Historia à débuté début août. Trois motocyclistes se lancent dans un périple de plus de 3 520 km avec comme objectif de se rendre au point le plus isolé de toute ville accessible par la route en Amérique du Nord, de Montréal au réservoir Caniapiscau, tout au bout de la route Transtaïga. Vous pouvez suivre en primeur leur périple via GPS ici. 

crédit photo Catherine David

« Charles-Édouard Carrier, journaliste, fondateur de Oneland et fan de moto nous a approché avec l’idée de faire une série qui mettrait de l’avant le territoire québécois et la vie de nomade que permet le voyage à moto. Nous avons tout de suite eu envie de proposer ce projet au public québécois. Et le diffuseur Historia a eu le même coup de cœur que nous pour le projet! » – Marie-Pierre Corriveau, productrice de la série pour Picbois Productions

crédit photo KTM

« Les motocyclistes seront équipés de motos KTM Aventure 890, nouvelle monture basé sur la 790. On retrouve l’ingéniosité et la maniabilité des KTM Aventure, augmenté d’un nouveau moteur compact de 889 cm3 et une masse rotative supplémentaire de 20 % du vilebrequin qui améliore la conduite à bas régime et ajoute à sa capacité de virage déjà impressionnante. La KTM 890 ADVENTURE est également livrée avec un embrayage plus raffiné et plus puissant pour soutenir les performances améliorées.

crédit photo Catherine David

Marc Chartrand, représentant du Sentier Trans-Québec-Trail a réagi : « Je suis ravi qu’une série télé ait décidé de mettre de l’avant ce magnifique segment de la Trans-Québec-Trail entre le Parc de la Vérendrye et Belleterre. La moto-aventure gagne de plus en plus en popularité. J’avoue que je suis un peu jaloux de l’aventure qui les attend! »

crédit photo Catherine David

Charles-Édouard Carrier se lancera sur la route entouré de deux amis : Pascal Bélisle est un touche-à- tout passionné de moto, camionneur et ancien garde forestier. Il est originaire de l’Abitibi et est habitué des longs périples. Marie-Claude Boudreau est originaire de l’Estrie. Passionnée des courses compétitives de style Enduro, elle a longtemps vécu une vie nomade avant de s’installer en Colombie- Britannique.

crédit photo Catherine David

Charles-Édouard sera également épaulé à la recherche et à la scénarisation par sa fidèle complice Catherine David, avec qui il a co-écrit le livre Liberté, asphalte et légendes – 100 ans de moto au Québec paru en 2020 aux Éditions de l’Homme.

La série documentaire sera à découvrir au printemps 2022 sur les ondes d’Historia.

Dans la série Builders, nous allons à la rencontre de passionnés de moto customs, de modifications et de performances. Ces artistes, artisans et ingénieurs apportent un grand dynamisme dans le monde de la moto au Québec, et nous sommes fiers de les représenter!

On vous ici Dave Poulin, de Hangar 116. Let’s go!

Raconte nous ta première histoire de moto

Dans mes premières motos, celle dont je me souviens le plus est mon RD400 Yamaha 1976. Je l’avais acheté à l’âge de 15 ans dans le fond d’une grange au coût de 50$, on l’a trouvé car mon oncle cherchait de vieilles motoneiges. Il cherchait les vieilles granges et allait cogner aux maisons pour trouver des aubaines. On a cogné chez une dame qui avait cette moto et lui n’en voulait pas alors moi je l’ai acheté. La moto était non fonctionnelle depuis plusieurs années, je l’ai mise en marche après le nettoyage des carburateurs, une nouvelle batterie et quelques ajustements. J’avais même les papiers! Après quelques tests dans mon rang, on s’est rendu compte que c’était une petite bombe. J’ai trippé sur cette moto, je l’ai vendu 2 ans plus tard pour 300$. Aujourd’hui, dans l’état où elle était, elle vaudrait au moins 10 fois plus!

 

Deuxième projet personnel, Suzuki GT550 1973

Un road trip que tu conseilles à tous le monde

Je n’ai pas fait énormément de road trip en moto, car je passe beaucoup plus de temps à les modifier et à les réparer que de me promener.  Mais la randonnée que j’ai préférée faire est celle qui mène au mont Washington aux États-Unis en passant par les montagnes blanches. Une belle journée de 730 km. 

Projet récent Honda CB750 F2 Supersport 1978, montée en 890

Hangar 116, ça mange quoi en hiver ?

En fait l’entreprise existait depuis 2013 sous le nom d’Atelier Dave Poulin. En janvier 2019, l’entreprise s’est incorporée et elle a changé de nom pour Hangar 116. On voulait un nom bilingue qui représente bien l’entreprise, qui a débuté dans un hangar en 2002 à mes 17 ans chez mes parents, numéro de porte 116. 

C’est aussi à mes 17 ans que j’ai acheté ma 1ère soudeuse, et j’ai commencé à modifier mes frames de VTT pour mettre des moteurs de moto sport et les rendre plus performants. 

 

Projet récent Honda CB750 F2, silencieux sur mesure

Depuis, je n’ai jamais cessé de travailler sur des motos. En 2015, après avoir écouté l’émission Cafe Racer avec mon cousin Dominic qui commençait à travailler pour moi, on a sorti nos vieux « BECIK » pour leur donner un nouveau look. Une fois terminés, nous les avons publiés sur Facebook et la directrice du Salon de la Moto de Montréal nous a offert d’aller les présenter. Suite a cette premiere année au salon, mon garage s’est transformé en atelier de restauration, de modification de moto et de silencieux sur mesure, que nous fabriquons à la main.

Les produits Motogadget

Tu distribues aussi Motogadget, tu nous en parle un peu plus ? 

Je vends toute la gamme de produits Motogadget et j’en fait l’installation. Ces produits sont ultra fiables, de haute qualité, construit en Allemagne et dont j’ai confiance. Ce sont des clignotants discrets dont l’éclairage se voit de loin, des compteurs de vitesse/rpm, des miroirs sans verre, des unités de contrôle pour rendre l’électronique de vos vieilles motos aussi fiables qu’une moto neuve. C’est efficace et simple à utiliser. 

Premier build, GL550 montée en CX650

Ton build dont tu es le plus fier

C’est mon Honda Silverwing GL500 1982 que j’ai transformé en scrambler avec un moteur de CX650. Cette moto a fait tourner les têtes et a fait énormément jaser au salon de la moto en 2017. Je suis fier de tous mes builds autant les miens que ceux de mes clients, car j’en prends bien soin et je ne néglige aucun détail. 

Le monde de la moto a changé au Québec ?

Les motos de type Cafe Racer, Bobber, Scrambler, Brat sont plus populaire depuis les 6-7 dernières années. Les gens ont pris plaisir à modifier leur vieille moto. C’est pour cette raison qu’elles sont difficiles à trouver et qu’elles ont grimpé de prix. 

Silencieux sur mesure sur une CB750

Des projets futur pour Hangar 116 ? 

Depuis décembre 2020, nous avons notre propre équipement de sandblast et de peinture cuite (powder coat) pour offrir la meilleure qualité possible à nos clients. De cette façon, nous réalisons chaque projet de A à Z dans le garage sans avoir à faire intervenir de sous-traitants, on s’assure ainsi d’un produit impeccable tout à l’image de hangar 116. 

Nous travaillons activement sur notre boutique en ligne pour l’optimiser. Nous y vendons des produits de qualité approuvés et testés directement dans notre atelier. Notre but étant de rendre disponible à tous les produits que nous utilisons quotidiennement. À venir sur le site web: de nouveaux silencieux fabriqués ici-même, performants et de hautes qualités. 

 

We first heard of Original Garage Moto from their speciality motorcycle parts and we always wanted to learn more. Their upcoming movie, PROPAGANDA, was just the right excuse. Let’s go!

What is your first memory of being on a motorcycle?

Sam (Co-owner): I got introduced to motorcycles when I was 3 years old by my dad on a 69’ Mini Trail. From 4 Y-O to about 20 I kept riding & also racing dirt bikes. Ended up quitting racing because of injuries and going back to school to finish up my engineering degree in Montreal. It’s just been a part of me since the beginning!

AP (Co-owner): Got my first dirt-bike at 14 YO – A beat up kx125! Did not ride much since this thing was always broken haha That’s only when I actually moved in with Sam during our Degree in Mtl that I got a fresh H-Ds. From that point, Sam and I started to customize bikes and never stopped. That’s basically how we came up with the OG Idea. 

Taylor Lamothe

Original Garage Moto, present yourself!

We are a young Motorcycle product and apparel company focused on the V-Twin market. Our inspiration comes from the love we have for motorcycles mixed with the desire to innovate and create unique products. Our crew roots come from dirtbikes racing & custom bikes building. We do have a strong background in engineering that pushes us trying to create new stuff for motorcycle enthusiasts.

Evan Shay Photography

This movie is in memory of Tyler Davidson, do you want to share something about him?

He was quiet, humble and his natural talent on a bike amazed everybody around him. He didn’t talk too much but his actions spoke for themselves. He was very calculated and analyzed everything before he’d set out to accomplish a task. We are blessed to have met shortly during this project with Tyler. He lived his life to the fullest while chasing this crazy dream that not too many people understand! It’s a battle and he was fighting through it like the rest of us riders and he will always be with us in spirit. Ride In Peace Tyler Davidson. 

Sequence Films

Propaganda is produced by Sequence Films, can you tell us more about how this project came together? 

The Sequence Films crew have always kept an interest in producing passion projects like this one. J.P. Veillet and Christian Martinez are childhood friends and producing a movie of this sort has always been a dream for them. But life got busy, Christian was on tour most of the year, timing was never proper to film a long length production. With Covid basically slowing down every industry and shows being canceled around the world, all those boys got together to pay tribute to the good old days when producing video content was more than a minute spark on Instagram.

Where can we see the movie, and WHEN??? 

The film will premiere in Montreal in the first week of August. We will be announcing it shortly.

Have you seen a change in the motorcycle world since the last 5 years?

The motorcycle trends keep changing while the community around it always shares the same good values. For us the Performance Harley scene & H-Ds stunt scene has just exploded over the past 2 years and keep growing with the Bagger GP series kicking this summer. That’s definitely where our focus is right now. We also keep our eyes on the electric motorcycles which are for sure coming up real soon.

Original Garage Moto

Future projects for Original Garage? 

The results of the hard work we put in the last few years is finally paying off! We expanded our product line, got a new shop and sold our product in more than 19 countries. 2021 will bring many challenges for us as we start working on Indians motorcycles and race inspired carbon fiber parts. We also just acquired better engineering tools like a 3D scanner and high end 3D printing device which help us stay ahead of the waves & trends. This off season will be packed with a bunch of new rad parts for sure! We are working hard to keep our Canadian brothers proud of having a Hard Parts company brand right here in Québec, Canada!

 

Forever North Crew

 

Nous sommes à peine en juillet que tu as déjà épluché tous les résultats Google pour les recherches classiques comme:  Où aller en moto et les plus belles routes du Québec ?

T’es pas seul.

Peu importe notre niveau de passion pour la moto, on finit toujours à un moment où un autre à se demander où est-ce que je pourrais bien aller aujourd’hui?

Pourtant on s’entend tous pour dire qu’en moto, ce n’est pas la destination qui compte mais la ride pour s’y rendre et les souvenirs qu’on crée en chemin. Ceci dit, pour faire de belles découvertes il faut être un peu créatif dans tes recherches.

Voici quelques pistes out of the box à utiliser pour trouver la destination de ton prochain road trip.  Spoiler alert, ça se peut que tu sois déçu en arrivant mais ça ce peut aussi que ça soit la ride de ton été, il faut l’essayer pour le savoir !

crédit photo Marie-Pier Martineau

La carte du patrimoine kitsch au Québec  

Cette carte répertorie les vestiges kitsch de notre belle province. 

Est-ce que je suis du genre à faire un détour pour aller voir une grosse fusée devant un dépanneur ou un motel de région figé dans les années 60? Oui.

Aller voir les dinosaures au Madrid te parait un peu ludique comme concept? En effet!

Mais ça fait partie de la culture populaire, comme le Gibeau Orange Julep et le méga camion benne de Val-des-Sources.  Ce ne sont pas des destinations flamboyantes, mais on aime les visiter de temps en temps. Parce que ces spots mythiques viennent avec un bout d’histoire, des gens qui ont du vécu et quelque chose à te raconter.

crédit photo Marie-Pier Martineau
crédit photo Marie-Pier Martineau

L’application Th3rdwave 

Cette app offre une carte qui te permet de découvrir les plus beaux cafés du Québec et d’ailleurs. On ne parle pas des grandes chaînes populaires ici, mais plutôt de micro torréfacteurs et d’espaces chaleureux et design.  Le genre d’endroits où tu risques de rencontrer des proprios totalement passionnés qui te parleront de leurs cafés et de leur concept avec les yeux qui brillent.

crédit photo Marie-Pier Martineau

Le livre Moutarde Chou (éditions Cardinal)

Pas besoin de plus d’explications ici, moto et pit stop au shack à patates ça s’accorde à merveille.

Dans ce livre, la journaliste Emilie Villeneuve et le photographe Olivier Blouin nous présentent l’histoire ainsi qu’un répertoire des cantines incontournables du Québec. Chaque région a sa spécialité et se livre tout en images est un excellent point de départ pour planifier un road trip. 

crédit photo Marie-Pier Martineau

La carte interactive de l’association de Micro-brasseries du Québec

Des micro-brasseries il y en a maintenant aux 4 coins du Québec et c’est tant mieux pour notre soif mais aussi parce que plus l’offre grandit, plus les entrepreneurs passionnés redoublent d’originalité pour que leur marque, leur philosophie et leur espace se démarquent. 

Cette carte interactive regroupe plus de 150 établissements de cette industrie florissante.

Et pour terminer, un classique pour se rendre à destination et maximiser le plaisir: Utiliser la fonction  » évitement des autoroutes » de Google map. C’est un must ! Mais savais-tu qu’il y a aussi l’option de faire croire à Google que tu roules en vélo ? Il te proposera des itinéraires et des routes beaucoup moins achalandées. C’est parfait pour prendre quelques détours et profiter du paysage !

Bonne route !

Texte par Marie-Pier Martineau,  collaboratrice aux milles talents

 

On ne sait pas pour vous, mais pour nous le beau temps se mesure en nombre de rides de moto. Et on est chanceux au Québec, que tu partes de Montréal ou de Bromont, il y a pleins de coins à découvrir, seul ou entre amis. 

On laisse la parole à Julie, qui nous fait découvrir un coin magique au pieds du mont Shefford.

Je me suis promenée ce week-end à la Brasserie la Ferme, un endroit pittoresque et beau pour les yeux à découvrir absolument !

Je vous conseil d’éviter l’autoroute pour y aller, je suis plutôt passée par plusieurs petits chemins de campagne. Le plus direct est via la route 112, mais je vous suggère de passer par St-Jean-sur-Richelieu via la 104 direction Farnham et longer la rivière Yamaska sur le chemin Magenta pour joindre la 139 direction rang 8 et rejoindre le chemin Brosseau qui nous amène à La Ferme.

Arrivée sur place, la vue sur le Mont Shefford est à couper le souffle. La ferme est nichée au coeur d’un champ de blé et de houblon pour un dépaysement complet qui donne envie d’y passer la journée ! Nous avions droit à un BBQ Brésilien sur place, sinon vous pouvez apporter votre picnic, des tables sont à votre disposition.

Fidèle à leur devise on récolte les bières que l’on sème, je vous conseil le plateau de dégustation. Chaque bière est l’expression de leur terroir, cultivant leurs céréales et houblon sur place. C’est vraiment un coup de cœur de plus pour la région.

Au plaisir de vous croiser sur les routes de notre belle campagne Québécoise !

Brasserie La ferme sur Instagram