Plusieurs personnes viennent chercher une bonne dose d’adrénaline dans la moto. Et pas seulement pour la vitesse. La puissance des accélérations, la vibration du moteur, la maniabilité incomparable à celle d’une voiture, le contact étroit avec la nature environnante, voilà autant de bonnes raisons pour apprécier la moto et son côté grisant.

Champ de vision
Le cerveau traite une quantité incroyable d’information à chaque seconde. À moto, ce sont les yeux qui sont responsables de capter toute l’information disponible et de l’acheminer au cerveau qui dictera la manœuvre à effectuer. Plus on roule vite, plus grande est la quantité d’information qui ne peut être captée au passage par les yeux. C’est la vision périphérique qui en paie le prix puisque ce sont les premières données que le pilote perd en gagnant de la vitesse. Plus il accélère, plus il développe une vision en tunnel.

Distance de freinage
La distance d’arrêt fait plus que doubler entre 30 et 50 km/h et elle est presque trois fois plus grande entre 50 et 100 km/h.1  L’usure des pneus et l’état de la chaussée auront aussi un impact notoire sur la distance de freinage. Sur une chaussée mouillée, par exemple, on double la distance requise pour stopper la moto. Finalement, la fatigue ou les distractions viendront influencer le temps requis avant d’appuyer sur les freins, donc la distance totale avant l’arrêt complet. De plus, il faut aussi prendre en considération la maîtrise de la manœuvre de freinage qui dépend en bonne partie de l’expérience du pilote et de sa pratique des exercices de freinage d’urgence. À vitesse égale, la distance de freinage d’une moto peut dépasser celle d’une voiture de 18%.2

Manœuvre d’urgence et perte de contrôle
Plus on se déplace rapidement, moins on aura de temps pour réagir en cas d’urgence. Un calcul intéressant pour rendre plus concrète la compréhension de la vitesse est de la convertir en mètres par secondes.

Pour simplifier les choses, on multiplie le chiffre des dizaines en km/h par 3.3 Par exemple, si vous roulez à 120 km/h, vous parcourez une distance de 36 mètres à chaque seconde (12×3=36). De plus, en augmentant la vitesse de déplacement, on augmente le risque de perte de contrôle et de dérapage. Cela peut devenir un cocktail explosif en cas d’évitement d’objet ou de changement brusque de trajectoire.

La vitesse, en toute sécurité
Cependant, il n’y a pas de mal à vouloir profiter de la puissance d’un bolide sur deux roues. Il existe plusieurs alternatives qui s’offrent aux pilotes qui désirent tester leur machine en circuit fermé. Des activités de formation et des journées de piste permettent de goûter à l’adrénaline que procure la moto dans un environnement sécuritaire et adapté pour ce type de conduite.

La vitesse en chiffres4
En milieu urbain, le risque d’être impliqué dans un accident double à chaque 5 km /h au-dessus de la limite permise. En milieu rural, le risque d’être impliqué dans un accident est deux fois plus grand à 10 km /h de plus que la limite permise, presque six fois plus élevé à 20 km /h de plus et presque dix-huit fois supérieur à 30 km /h de plus. C’est chez les conducteurs de 16 à 34 ans que les proportions d’accidents dus à la vitesse sont parmi les plus hautes et que les ratios d’accidents avec dommages corporels dus à la vitesse sont les plus élevés.

Sources:
1- SAAQ
2- TECNIC
3- SPEEDWAY
4- BANQ

Cette communication est produite dans le cadre d’une campagne de sensibilisation à la sécurité routière à moto initiée par la Fédération motocycliste du Québec (FMQ). Elle est rendue possible grâce à une subvention de Transports Canada (PAPTSR) et au soutien de nos principaux partenaires dont la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), le Conseil de l’industrie de la motocyclette et du cyclomoteur (CIMC), Moto Journal, Océan Télévision, Le Show de Moto, Intact Assurance et Honda Canada.

Comments are closed.